Ghost in the Shell, entre conscience et identité

Dans la tourmente suite à une polémique relative au whitewashing à l’œuvre, l’adaptation hollywoodienne de Ghost in the Shell devait convaincre à la fois pour s’approcher de la qualité du matériau de base, mais aussi pour prouver que finalement Hollywood peut s’approprier une œuvre asiatique sans pour autant en faire quelque chose de mauvais. Et c’est avec Scarlett Johansson en tête d’affiche que le réalisateur américain Rupert Sanders doit convaincre.

Continuer de lire « Ghost in the Shell, entre conscience et identité »