[Le Vidéoclub #9] April Snow, et l’amour naîtra du deuil

Nous voici rendus au neuvième Vidéoclub, cette chronique aussi irrégulière que passionnante à écrire sur ces films que l’on redécouvre sur le tard, en DVD ou même en VOD, qui à leur manière apportent encore beaucoup de douceur des années après leur sortie. Et quoi de plus évident que cette période trouble où les cinémas sont fermés pour aborder l’un d’eux : April Snow. Une romance si maline où je suis arrivé par curiosité et reparti bouleversé. Le film est sorti en 2006 dans nos contrées, un an plus tôt en Corée et surtout au Japon où il a connu un succès phénoménal.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #9] April Snow, et l’amour naîtra du deuil »

[Le Vidéoclub #8] Bangkok Nites – Les guerres de l’âme

Bangkok Nites est un film réalisé par Katsuya Tomita, un réalisateur japonais révélé en 2012 avec son film Saudade. Il enchaîne les aller-retour entre Bangkok et Tokyo pour écrire et réaliser son quatrième long métrage, une immersion dans le quartier japonais de la capitale Thaïlandaise. Film récompensé au Festival Kinotayo à Paris en 2017, je le découvre grâce à sa sortie DVD il y a quelques mois chez Survivance.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #8] Bangkok Nites – Les guerres de l’âme »

[Le Vidéoclub #7] Perfect Blue – L’empire des fans

Premier film de Satoshi Kon, maître de l’anime japonais, Perfect Blue (1997) est un de ces classiques que je n’ai découvert que très tard, à l’occasion d’une diffusion sur OCS il y a quelques semaines. Oeuvre complète et généreuse, le film en a inspiré d’autres, comme le reste du travail du réalisateur japonais dont les Darren Aronofsky (Requiem for a Dream et Black Swan) et Christopher Nolan (Inception) se sont imprégnés. Mais Perfect Blue c’est aussi un film qui, plus de vingt ans après, frappe aussi juste qu’au premier jour, faisant de lui un candidat parfait à cette chronique du Vidéoclub qui me donne l’occasion de revenir sur des œuvres marquantes.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #7] Perfect Blue – L’empire des fans »

[Le Vidéoclub #6] Joint Security Area, la fraternité comme un champ de mines

« Le Vidéoclub » est une chronique régulière qui revient sur des films découverts après leur sortie au cinéma en mémoire des vidéoclub qui louaient des films, remplacés depuis par la VOD, les plateformes de streaming ou encore l’achat de Blu-ray et DVD. Bénéficiant récemment d’une sortie en salles en France grâce à La Rabbia, le film de Park Chan Wook, Joint Security Area, se paie ainsi sa première grande distribution dans nos contrées, alors qu’il était depuis bien longtemps limité à un vieux DVD. Sorti initialement en 2000 en Corée du Sud, c’est le premier grand film du célèbre réalisateur à qui l’on doit Old Boy ou plus récemment Mademoiselle.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #6] Joint Security Area, la fraternité comme un champ de mines »

[Le Vidéoclub #5] Failan, de battre son cœur s’est arrêté

« Le Vidéoclub » est une chronique régulière qui revient sur des films découverts après leur sortie au cinéma, en mémoire des vidéoclub qui louaient des films, remplacés depuis par la VOD, les plateformes de streaming ou encore l’achat de Blu-ray et DVD. Sorti en 2001, Failan est un de ces films qui restent en mémoire pour quelques unes de ses scènes, particulièrement fortes, et la prestation d’acteurs qui savaient qu’ils tenaient là parmi leurs meilleurs rôles. Réalisé par Song Hae Sung et primé plusieurs fois au Festival du film asiatique de Deauville en 2002, Failan est un film culte à mes yeux.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #5] Failan, de battre son cœur s’est arrêté »

[Le Vidéoclub #4] Love Exposure, le bordel jubilatoire

« Le Vidéoclub » est une chronique régulière qui revient sur des films découverts après leur sortie au cinéma, en mémoire des vidéoclub qui louaient des films, remplacés depuis par la VOD, les plateformes de streaming ou encore l’achat de Blu-ray et DVD. Le réalisateur japonais Sion Sono, connu pour ses films parfois gores et souvent improbables est à l’origine de Love Exposure, sorti en 2008. Cette œuvre particulièrement longue (quatre heures) s’interroge sur la religion, les sectes et les perversions.

Continuer de lire « [Le Vidéoclub #4] Love Exposure, le bordel jubilatoire »