Exposition DC Comics au musée Art-Ludique, découverte et enthousiasme

Depuis le 31 mars et jusqu’au 10 septembre 2017 le musée Art-Ludique accueille l’exposition « L’art de DC – l’aube des super-héros ».  DC Entertainment et Warner Bros. y dévoilent ainsi au public l’histoire de ses héros, de leur création jusqu’à leurs adaptations cinématographiques.

J’étais évidemment enthousiaste à l’idée de parcourir cette exposition. Amateur de comics, j’espérais y découvrir de nombreuses planches de légende mais également voir comment les films Warner s’intégreraient dans l’histoire de l’expo. Le parcours se divise en plusieurs salles, chacune propres à un héros ou un groupe de héros, et trois d’entre eux sont largement mis en avant : Wonder Woman, Batman et Superman. Les têtes d’affiches des films sont évidemment les plus connues, mais c’est surtout trois personnages qui ont chacun participé à façonner un univers super-héroïque sans pareil.

Un hommage appuyé…

Ma plus grande crainte était d’avoir affaire à une exposition centrée sur le cinéma : dans la mesure où Warner Bros. est un des exposants, je craignais que l’histoire des comics soit oubliée. Mes craintes ont été levées dès les premiers instants puisque l’exposition parvient habilement à lier les deux univers tout en retraçant l’histoire des différents personnages. C’est ainsi qu’on découvre une à une les planches de légende qui ont créé la légende de ces personnages, de leurs apparitions dans les années 1940 à des comics plus récents qui ont perpétué l’héritage. En arpentant les salles de l’exposition on découvre les points clés de leurs histoires, les basculements et les instants qui ont pu inspirer par la suite des séries, films et dessins animés. Les comics ont parfois mauvaise presse, vus comme un loisir d’enfants, de « nerds » ou au contraire comme des BD trop violentes. Mais cette expo s’attache à montrer plutôt de quelle manière ces comics ont eu un impact sur la pop-culture : il est inévitable que certains néophytes, en découvrant l’expo, fassent le lien avec d’autres œuvres qu’ils ont pu voir ou lire au fil du temps. En effet, DC Comics a créé un véritable mythe autour de ses personnages et l’impact de leurs actions ont souvent dépassé le simple cadre des comics.

Et l’exposition parvient parfaitement à montrer tout ça : mêlant habilement les films, dessins animés et les comics, elle nous invite à découvrir le mythe au travers des dessins mais également des tenues portées par les acteurs. Que ce soit le costume du Pingouin imaginé Tim Burton et interprété par Danny DeVito, ou encore le costume de Superman de 1978 avec Christopher Reeve, tout y passe. Bien sûr, les derniers films sortis ne sont pas oubliés puisque on y trouvera des répliques des véhicules de Batman dans la trilogie de Nolan, ses costumes, ou encore les costumes des derniers films Wonder Woman, Man of Steel et Batman v Superman. A noter : même l’horrible Batman et Robin de 1997 a droit à une petite place au cours de l’expo, avec les costumes tétons apparents de Batman et Robin, mais également ceux de Batgirl et Mister Freeze.
C’est donc un véritable bout d’histoire qui se présente devant nous, avec une expo très complète et qui est parvenue à mettre en avant l’univers cinématographique de Warner sans pour autant délaisser le support d’origine, les comics. Le clou du spectacle étant bien évidemment la salle réservée à Wonder Woman : le personnage est l’origine d’une nouvelle fascination depuis la sortie du film de Patty Jenkins, et ça se traduit dans l’expo. Les visiteurs s’attardent sur l’évolution de ses costumes, exposés, mais aussi sur les quelques planches qui montrent ses premières apparitions. Et surtout, le costume porté par Gal Gadot dans le film : sublime, il s’impose et rappelle l’impact qu’une telle héroïne peut encore avoir.

Et quelques oublis

Malgré tout, et la qualité de ce qui est présenté, on peut toutefois regretter que l’ensemble de cet univers soit finalement résumé aux trois héros. Des personnages comme Green Lantern, Aquaman ou Flash n’ont, dans cette exposition, qu’une place très légère et il faut se contenter essentiellement de quelques planches signées Alex Ross pour les apercevoir en toute fin d’exposition. Un choix curieux, d’autant plus qu’à côté DC Entertainment et Warner Bros. ont réservé une étape de l’exposition à Suicide Squad : des comics souvent peu populaires et un film qui a connu un énorme échec critique, on se demande bien quel est l’intérêt d’y passer autant de temps. Mais le reste est d’une telle qualité qu’on peut bien leur pardonner. En effet, l’exposition remplit parfaitement son rôle et peut susciter de l’intérêt chez tout le monde, qu’il s’agisse de l’amateur de comics ou de celui qui n’a vu que les films. C’est un bon moyen pour l’un et l’autre de s’intéresser à l’autre support, mais aussi comprendre pourquoi et comment ce mythe en est un.

Je ne peux donc que conseiller cette exposition. A 16,50€ en plein tarif et 13,50€ en tarif réduit, l’exposition ne déçoit pas et propose un événement unique pour (re)découvrir un univers fascinant.

Pour plus d’informations, vous pouvez évidemment consulter le site du musée Art-Ludique : http://www.artludique.com/index.html

Mise à jour : l’exposition est prolongée jusqu’au 7 janvier 2018. De plus à partir du 10 septembre il y aura de nouvelles oeuvres, en particulier des artworks du film Justice League qui sortira bientôt en salles.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s