La Vision – Tome 1, une Machine parmi les Hommes

La Vision est un comics écrit par Tom King et dessiné par Gabriel Hernandez Walta. Centré sur le super héros androïde de Marvel, désormais bien connu de tous grâce aux films Avengers, il pose un cadre original pour aborder divers sujets de société au travers des yeux d’un être étranger à la civilisation humaine.

Créé par l’infâme Ultron, La Vision est pourtant devenu un super héros qui met son incroyable puissance au service des Avengers. Mais alors qu’il obtient un poste gouvernemental, il décide de se construire une femme et deux enfants et de s’installer dans une banlieue de Fairfax en Virginie. Il compte y mener une vie normale au sein des humains, afin d’apprendre d’eux mais également montrer qu’il est capable malgré sa condition de robot de vivre en harmonie avec son entourage. Mais entre incompréhensions et rejet, les choses ne se révèlent pas aussi simples qu’il ne l’avait prévu.

LaVisionTome1Critique (2).jpg

Une autre Vision de la société

Habituellement représenté par sa force et son intelligence (artificielle), La Vision était jusqu’à maintenant un personnage qui inspirait la crainte. S’il a de multiples fois sauvé le monde lors des nombreuses aventures des Avengers, c’est aussi un personnage créé par Ultron, l’infernale machine qui n’aspire qu’à détruire le monde. Alors cet androïde créé à partir de l’esprit de Wonder Man a toujours eu cette espèce d’ambiguïté, entre une loyauté au « bien » qui n’est plus à prouver et une fabrication dont on ignore presque tout. Ce premier comics qui lui est consacré vient aborder le personnage dans un contexte radicalement différent. Tout en conservant cette part de mystère qui fait la force du personnage, on le voit s’intégrer dans une vie dite « normale » au sein d’un quartier résidentiel de la banlieue de Fairfax. S’il a connu une histoire d’amour avec la Sorcière rouge, il a cette fois-ci construit lui-même sa femme androïde et ses deux enfants, avec l’intention de s’intégrer dans une société dont il s’est contenté jusque là que d’en sauver l’existence avec les autres Avengers. A partir de son installation dans une grande maison, les ennuis vont s’enchaîner et vont confronter l’androïde à la dure réalité de son nouvel environnement : avec des origines inquiétantes et sa condition de robot qui ne rassure pas le voisinage, il est vu comme une menace dans un quartier paisible où tout le monde se connaît.

Cette dure réalité, c’est celle d’une société qui a du mal à accepter ce qu’elle ne connaît pas. Vision est un robot, il n’a pas d’âme et ne ressemble pas vraiment à un humain ; il symbolise tout ce qui fait peur aux sociétés modernes. On ne sait pas réellement d’où il vient, on ne connaît pas ses « coutumes » et on craint qu’il puisse être dangereux. Tom King se sert donc de ce personnage atypique pour dépeindre la vie d’une famille qui n’aspire qu’à la tranquillité au sein d’une communauté qui la rejette. Les enfants sont victimes de harcèlement scolaire ; les voisins venus apporter une tarte à leur emménagement ne sont guère plus emballés que cela à l’idée de voir débarquer un potentiel danger dans leur voisinage ; et les androïdes ne cessent de devoir montrer patte blanche pour prouver qu’ils ne font courir aucun risque à la communauté. Vision s’entête avec le concept « d’assimilation », une idée politique bien connue ces temps-ci qui consistent ici pour les androïdes à comprendre les us et coutumes de la communauté pour s’y fondre de la meilleure des manières. Alors on voit différentes scènes où la Vision explique à sa femme que ici « ça marche comme ça », ou encore leurs enfants qui ingurgitent un nombre incroyable de connaissances avec les livres disponibles à l’école pour disposer des même connaissances que leurs camarades, sinon plus. Tout cela donne évidemment des situations particulièrement drôles, grâce à des personnages qui tentent de rationaliser ce qui ne l’est pas, dû à leur nature de machine, et qui essayent de se comporter de manière normale alors qu’ils sont tous capables de voler ou de traverser les murs.
Mais cette petite famille va connaître un tournant, lorsqu’ils sont victimes de l’attaque d’un humain qui n’a pas l’intention de vivre à leurs côtés.

Une famille parmi d’autres

Cette xénophobie latente est au centre même du récit et fait irrémédiablement penser aux crises que traversent aujourd’hui le monde, et tout particulièrement les Etats-Unis. La société n’est pas dépeinte comme fondamentalement mauvaise, mais la peur anime chacun des humains qui interviennent dans l’histoire et provoque des tensions que chacun aurait aimer éviter. Mais ce comics est aussi une bonne occasion pour s’intéresser à l’intelligence artificielle, avec la femme de la Vision qui s’interroge énormément sur sa condition, ses actes et sa réelle place au sein de l’humanité.
Bien que je ne sois pas vraiment fan du coup de crayon de Gabriel Hernandez Walta, force est d’avouer qu’il a su insuffler au fil des publications à La Vision une identité particulière qui sert le récit de Tom King. Quelques planches méritent le coup d’œil, notamment celles où apparaissent les enfants de La Vision, où leur solitude est frappante. Le duo formé par les deux fonctionne donc vraiment bien, avec quelques moments d’éclat et un premier tome solide sans temps mort.

Disponible chez Panini Comics, ce premier tome de La Vision s’éloigne donc des habituels comics de super héros en abordant sous un angle original des problèmes qui gangrènent la société. Fort de son humour parfois absurde, cette aventure nous mène vers des situations intéressantes et pleines de bon sens, où l’assimilation d’une culture ne suffit pas à éteindre les velléités xénophobes d’une communauté qui ne fait pas l’effort d’aller vers l’autre.

Publicités

2 réflexions sur “La Vision – Tome 1, une Machine parmi les Hommes

    1. Ca peut être une bonne porte d’entrée dans l’univers des comics de super héros, en montrant que ça peut être autre chose que de simples combats contre des « vilains ».
      Bonne journée :)

      J'aime

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s