La La Land, quand le rêve devient réalité à Hollywood

Film très attendu et qui a obtenu de nombreuses nominations aux Oscars 2017, La La Land de Damien Chazelle est une des grosses sorties du mois. Avec un casting alléchant et une volonté de rendre hommage aux plus grands classiques hollywoodiens, tout est réuni pour séduire un Hollywood déjà convaincu. Mais brosser Hollywood dans le sens du poil peut vite devenir un défaut, avec cette impression que le réalisateur ne parle pas au spectateur. Pourtant La La Land parvient à éviter tous les pièges et s’impose comme un immanquable du début d’année.

Mia (Emma Stone) et Sebastian (Ryan Gosling) n’ont pas grand chose en commun, si ce n’est d’avoir chacun un rêve qui leur échappe. Elle rêve d’être actrice, lui, musicien, rêve d’ouvrir son bar de Jazz. Tous deux restent rêveurs face à la dure réalité, et c’est ce qui va les rapprocher. Ils se croisent par hasard à plusieurs occasions et Mia va finir par voir en Sebastian une profonde passion pour le jazz, qui va la convaincre qu’en fin de compte, ils se ressemblent plus qu’elle ne le pensait. Les deux vont se soutenir dans leurs projets, envers et contre tous.

LaLaLandCritique (3).jpg

Une balade à Hollywood

Dans ce film musical, Sebastian est nostalgique en voyant les bars de Jazz fermer les uns après les autres, alors son seul objectif est de réunir assez d’argent pour ouvrir le sien. Même s’il semble peu probable que son affaire attire du monde, c’est la passion qui l’anime et c’est ce qui fait craquer Mia, alors qu’elle a au premier abord un avis négatif sur lui et qu’elle déteste le Jazz. De son côté, elle vend des cafés au sein des studios d’Hollywood, rêvant d’être elle aussi en haut de l’affiche alors qu’elle côtoie chaque jour ses idoles. Mais elle enchaîne les auditions sans succès, n’arrivant pas à faire valoir ses qualités. Leur rencontre tombe à point nommé puisque tous deux vont tirer une force de cette relation pour accomplir leurs rêves. Bien sûr des obstacles vont se dresser sur leur chemin mais l’espoir restera maître en toute circonstance.
La La Land est un film curieux, le réalisateur Damien Chazelle s’applique à dépeindre un Hollywood à mi-chemin entre modernité et hommage à l’âge d’or du cinéma hollywoodien, au moyen de quelques décors et costumes qui donnent parfois le sentiment que le film ne se déroule pas dans les temps présents. Quelques scènes rappelleront aux nostalgiques des films comme Singin’ in the Rain ou West Side Story, faisant de La La Land le digne héritier d’une époque qui semblait révolue. Au-delà de la folie de l’âge d’or, c’est aussi un film qui aborde les sacrifices nécessaires à la poursuite du rêve artistique, avec deux personnages qui ne sortent pas toujours indemnes de leurs aventures. Mais surtout c’est un film parfaitement maîtrisé par le jeune réalisateur, qui tire le meilleur de la bande son en l’alliant à des scènes de toute beauté, et quelques plan-séquences mémorables pour en faire une référence dans le genre du film musical.

Mais la force de La La Land réside surtout dans son duo d’acteurs principaux, qui tous deux ont su se mettre au niveau des meilleurs du genre sans pour autant singer ce qui s’est fait par le passé. Ryan Gosling se mue à sa façon en une sorte de Fred Astaire, il devient l’espace de deux heures l’un de ces acteurs séducteurs et terriblement efficaces qui nous scotchent sur notre siège, en pleine admiration à chacun de leurs mouvements. J’ai souvent critiqué cet acteur tant il ne me donnait jamais le sentiment de croire  à ce qu’il faisait, mais depuis The Nice Guys et avec cet excellent rôle dans La La Land, il devient à mes yeux l’un des tous meilleurs à Hollywood, prouvant enfin qu’il est capable de sortir de son registre habituel pour s’attaquer à des rôles plus exigeants. Et quand on sait qu’il n’avait jamais touché un piano avant de faire ce film, on ne peut être qu’admiratif de sa performance.
Et que dire de la formidable Emma Stone. Bouleversante, elle transcende son personnage d’actrice ratée et vient rendre la réplique à Ryan Gosling de la plus belle des manières. Femme forte mais sensible, elle prend sa vie en main et devient le point central d’un récit où les doutes et les peurs sont surpassés. L’actrice se balade dans un rôle taillé pour elle et est le principal atout d’un film qui n’en manque pas.
Ces deux-là forment un duo incroyable, auquel je ne croyais pas forcément au premier abord. La nécessaire alchimie à ce type de film se fait dès les premières scènes, avec une complicité que je n’oublierai pas de si tôt tant ces deux acteurs maîtrisent leur sujet. Ils ne se sont en effet pas contentés de se reposer sur les talents de scénariste de Damien Chazelle et ont proposé tous deux une performance qui va bien au-delà.

Calibré pour les Oscars

La La Land c’est Hollywood qui se regarde le nombril, c’est Hollywood qui parle à Hollywood et qui veut montrer à Hollywood qu’il est le meilleur. C’est un Hollywood séducteur mais hautain à la manière d’un Café Society, mais surtout enthousiasmant avec l’aide de ses héros qui font tout pour vivre leurs rêves. Bien sûr, cette dimension du film pourrait en rebuter plus d’un tant l’ensemble a été calibré pour rafler un maximum d’Oscars fin février. Sachant à quel point l’Academy aime qu’on lui dise qu’elle est belle, il ne fait aucun doute que le film repartira avec de nombreuses statuettes. Mais est-ce forcément un problème ? La La Land tire toutes ses qualités de cette mise en avant d’Hollywood, d’une époque révolue où l’Amérique et ses stars faisaient rêver, l’époque des Fred Astaire et des Cyd Charisse. Cette histoire d’amour entre deux personnages que tout oppose est une bouffée d’air frais, comme une sorte de « feel good movie » où tout est beau, où tout le monde est gentil et où il suffit de croire en ses rêves pour les accomplir.
Oui, La La Land représente tout le nombrilisme d’Hollywood, mais c’est aussi de là qu’il tire toute sa force. Pour peu que l’on aime cette époque et l’esprit qui s’en dégageait, le film de Damien Chazelle devient une espèce de bonbon sucré qu’on déguste le sourire aux lèvres.

Bien entendu La La Land ne pourra pas plaire à tout le monde. Certains seront allergiques à ce trop plein d’hommage ou tous ces bons sentiments, à cette idée naïve selon laquelle tous les rêves sont accessibles. Mais La La Land au-delà des références possède sa propre identité, et il est un véritable plaisir pour quiconque souhaite se laisser bercer au sein d’un monde presque fantastique, ceux qui souhaitent rêver pendant deux heures d’un monde où on vit d’amour et d’eau fraîche. Un voyage à Hollywood inoubliable qui se conclut avec une dernière scène géniale et pleine de nostalgie.

Publicités

3 réflexions sur “La La Land, quand le rêve devient réalité à Hollywood

  1. La fin était géniale. Elle a clairement fait tout le film pour moi. C’était tristement poétique et nostalgique. Les mots n’étaient pas nécessaire et justement, tout passait par le regard des deux acteurs. Qui d’ailleurs étaient tout simplement phénoménaux. Je place Ryan Gosling dans ma liste des acteurs tops tops +++. Et Emma Stone était fabuleuse. La scène de son audition <3

    Petit (énorme) coup de cœur pour les scènes où ils se regardent et qu'il y a juste la musique et leur regard qui parlent. Magnifique. Cette BO <3

    J'ai passé tout le long du film à sourire. C'était sublime. Du début à la fin.

    (J'ai explosé de rire quand elle le voit jouer du a-ha, littéralement).

    Aimé par 1 personne

    1. Mais oui, cette fin ! J’étais déjà totalement séduit par le film, mais alors cette fin l’a rendu inoubliable. Et malgré l’avis très négatif que j’avais sur Ryan Gosling jusque là, il m’a totalement subjugué… Pour Emma Stone c’était pas très dur de me convaincre cela dit <3

      La scène de A-ha est géniale, ça m'a bien fait rire aussi.

      J'aime

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s