Rick & Morty – Tome 5, dans l’espace personne ne vous entendra crier

Cinquième tome de la saga, Rick & Morty a déjà largement fait son trou dans nos étagères. Comics irrévérencieux et libre d’expérimenter toutes sortes de choses, ses auteurs successifs profitent de l’immense univers imaginé par Dan Harmon et Justin Roiland pour laisser libre cours à leur imagination. Ce cinquième tome est signé Kyle Starks.

Jerry, le père de Morty, en a marre d’être dévalorisé par sa famille et mis face à son incompétence. Il s’empare du pisto-portail de Rick pour partir lui aussi à l’aventure et prouver sa masculinité. Mais les choses tournent mal, et il se retrouve remplacé par « Jerry l’andouille », une version alternative en plein complexe de Dieu, rêvant de soumettre la galaxie à ses désirs.

Jerry l’andouille

Ah, Rick et Morty, une série de comics que je prends plaisir à suivre depuis son arrivée dans nos contrées. Les comics ont d’autant plus attiré l’attention que la série télé qu’ils adaptent a pris une longue pause. L’histoire du grand-père, génie scientifique aux tendances alcooliques, et de son petit fils loser, nous a emmené dans quelques belles aventures au travers d’une galaxie qui regorge de surprises. Et avec ce cinquième tome chapeauté essentiellement par Kyle Starks et CJ Cannon, on retrouve une aventure plus classique avec le duo qui repartent de plus belle pour tenter de réparer les bêtises de Jerry. Sous des airs de masculinité toxique en la personne d’un père furieux que l’on puisse penser de lui qu’il n’est pas assez fort, la série nous raconte un monde où une version alternative de Jerry est un homme ambitieux, déterminé, très intelligent et particulièrement fort : le contraste est total avec celui que l’on connaît depuis le début de la série. Et c’est ce Jerry alternatif, paradoxalement surnommé « Jerry l’andouille », qui se trouve atteint par un terrible complexe de Dieu qui le pousse à gagner toujours plus d’argent pour soumettre toujours plus de monde à sa volonté. La catastrophe est totale, et c’est une vraie bonne excuse pour une aventure plutôt drôle.

C’est en effet en inversant la dynamique, en trouvant quelqu’un de plus fort et de plus intelligent que Rick, personnifié qui plus est par celui qu’il n’a jamais considéré comme une menace, que Kyle Starks nous raconte une aventure savoureuse où le duo habituel se retrouve confronté à un homme dont la masculinité affirmée devient source de tous les dangers. Difficile évidemment de ne pas faire de lien avec les questions qui se posent à notre époque, relatives à la domination masculine dans la société, encore plus quand on voit que ce Jerry tout-puissant se sert de sa domination non pas pour faire un quelconque bien, mais simplement pour s’amuser à tuer des gens et avoir le plus de femmes possibles à ses pieds. On retrouve vraiment quelque chose qui faisait toute la qualité de Rick & Morty à ses débuts télévisuels, mais aussi sur papier : un humour satirique et piquant, dénonciateur et souvent pertinent. Les héros en prennent toujours un peu plus dans la figure tandis que les rêves de Jerry deviennent le symbole de tout ce qui ne va pas dans leur monde. Le plaisir est d’autant plus grand que Kyle Starks aligne les dialogues bien sentis et les remarques acerbes de Rick. Entre auto-dérision et références malines au cinéma de science-fiction, le résultat est particulièrement drôle.

Rick_&_Morty_Tome_5_Critique (2).jpg

Il faut sauver Ripley

On note d’ailleurs le chapitre en référence à Alien et à bon nombre de films de science-fiction qui parlent d’un vaisseau spatial parasité, où Rick et Morty, accompagnés par la sœur de ce dernier, Summer, se retrouvent par hasard dans un vaisseau abandonné dans le vide spatial. L’occasion pour nos deux compères de faire semblant d’être confiants et de n’avoir aucune peur face à la seule femme du groupe, mais aussi et surtout une nouvelle preuve que la série de comics ne brille jamais plus que lorsqu’elle  nous propose ces histoires uniques, en un chapitre, qui permettent d’expérimenter de nouveaux modes de narration. Comme souvent avec les derniers tomes de Rick & Morty, c’est ces chapitres qui font tout leur sel et qui restent en mémoire.

Toujours aussi référencée et maline, la série de comics Rick & Morty se dote d’un excellent cinquième tome. Son chapitre unique en référence à Alien est une vraie pépite tandis que le reste retrouve l’humour piquant qui a fait la popularité et le succès de la série. Kyle Starks est décidément un des meilleurs auteurs qui bosse sur ces comics, et maintenant on a hâte d’être en novembre pour le retour de la série télé.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.