Independence Day : Resurgence, le piège de la suite

Le mythique film de 1996 a enfin sa suite. Toujours réalisé par Roland Emmerich, ce Independence Day : Resurgence prend place exactement vingt ans après les événements du premier. Alors que l’humanité s’est préparée à affronter à nouveau les aliens qui avaient tenté de les envahir à l’époque, elle fait à nouveau face à cette menace lorsqu’elle s’y attend le moins.

Après leur victoire de 1996, les Humains ont fait en sorte de se préparer à un éventuel retour de l’envahisseur. Les Nations ne connaissent plus de guerre, toute la Terre est unie dans un gigantesque programme de défense spatiale afin de faire face à un ennemi commun. Pour cela, ils ont récupéré la technologie alien et l’ont étudié afin de l’utiliser dans leurs armes et vaisseaux. On est en 2016 à deux jours du 4 juillet et la célébration des vingt ans de la victoire contre les extraterrestres, et le directeur du programme de défense de la Terre David Levinson (Jeff Goldblum) découvre avec l’aide de Catherine Marceaux (Charlotte Gainsbourg), une scientifique française, et Dikembe Umbutu (Deobia Oparei), un seigneur de guerre africain, qu’un vaisseau alien resté sur Terre s’est réactivé. De plus, quelques personnes ayant eu un contact direct avec les aliens à l’époque semblent désormais connectées télépathiquement avec les extraterrestres. David Levinson va donc devoir une nouvelle fois avertir les autorités de la menace qui plane sur eux pendant que les dirigeants sont occupés à fêter leur vieille victoire…

Il faut sauver le soldat Whitmore

Le film suit également un escadron du programme de défense spatiale. A bord de leurs vaisseaux inspirés par la technologie alien, on retrouve Jake Morrison (Liam Hemsworth), orphelin depuis la mort de ses parents lors des événements de 1996, Dylan Dubrow-Hiller (Jessie Usher) le fils du héros de guerre Steven (Will Smith) désormais décédé. On y trouve également Rain Lao (Angelababy), une chinoise qui vient confirmer que ce programme de défense réunit tous les peuples.
Tout ce beau monde va chercher à triompher sur les aliens, avec l’aide de Patricia Whitmore (Maika Monroe), la fille de l’ancien Président qui faisait également partie de l’escadron avant de se reconvertir dans la politique auprès de la Présidente actuelle. D’ailleurs Thomas J. Whitmore (Bill Pullman), Président et héros de 1996, est également présent et aura son mot à dire.

C’est dans ce contexte que le film se construit, sur une journée, de la même manière que le premier. Mais à vouloir reprendre ce qui a fonctionné dans le précédent, on a rapidement l’impression de voir un remake plus qu’une suite à cause de situations déjà vues (le sacrifice, le crash dans le désert, les survivants qui se serrent les coudes dans les ruines…) qui n’apportent rien à la licence. Les nouveaux personnages ne parviennent pas à prendre le pas sur les anciens, étant de véritables caricatures de ceux du premier film. Jake est la caution « humour » du film avec une blague à chaque apparition (et qui tombe toujours à plat), Dylan est le gars ténébreux finalement gentil tandis que Patricia n’est là que pour construire une histoire d’amour avec Jake, et jouer les héroïnes comme son père à l’époque. Si je ne parle pas de Rain, c’est parce qu’elle ne sert strictement à rien. En effet l’actrice chinoise n’a aucune scène utile, n’est représentée que comme la femme des rêves d’un soldat un peu gauche, et son personnage n’existe finalement que pour caster une actrice chinoise hyper populaire dans son pays afin d’y faire du chiffre. C’est triste.
Du côté de l’intrigue, le film a une bonne idée avec l’utilisation d’une civilisation extraterrestre pour comprendre et lutter contre l’envahisseur. Malheureusement ce pan du scénario est trop rapidement et facilement traité et n’apparaît que comme un prétexte à un troisième film. Du coup, on assiste pendant deux heures au même film qu’en 1996, avec des Humains qui vont se heurter aux boucliers des vaisseaux aliens jusqu’à réussir à trouver la faille et lancer le combat final. J’ai bien aimé aussi le fait que quelques personnages aient à un moment accès à l’intérieur du grand vaisseau alien, alors que le premier film se cantonnait à l’extérieur et une rapide visite de l’intérieur, on assiste cette fois-ci à une bataille à l’intérieur qui a le mérite de proposer enfin quelque chose d’original par rapport au prédécesseur.

L’overdose des discours

Mais finalement le plus gros problème du film ne réside pas dans sa proximité avec le premier. Parce que même si on a l’impression de revoir la même chose, le film a le mérite d’être divertissant avec quelques batailles non seulement très jolies visuellement mais aussi très lisibles. L’escadron est assez classe et c’est également un plaisir de retrouver le personnage joué par Jeff Goldblum. Seulement, et s’il est impossible de reprocher à Independence Day d’être hautement patriotique puisqu’il s’agit du propos même du film (ça se déroule le 4 juillet…), je dois dire que j’en ai eu rapidement marre des discours. A peu près toutes les quinze minutes, un personnage s’avance et motive les troupes en parlant de survie, d’humanité, de nations, d’honneur et de courage. Si c’est marrant une fois ou deux et peut même insuffler un vent épique aux scènes qui suivent, il y a cette fois-ci un tel abus du nombre de ce genre de scènes que je n’en pouvais tout simplement plus. Le summum de la gloire des Etats-Unis est à l’instant où l’on apprend que l’Europe a été ravagée, tandis que les extraterrestres ont été suffisamment gentils pour arrêter leur course aux portes de la Maison Blanche, probablement trop beau monument pour le détruire (je caricature à peine). Et tout cela mène au fameux sacrifice final, où une personne va tenter de sauver l’humanité même s’il lui en coûte sa vie.

C’est assez dommage, car le film tombe dans le piège que représente une suite, encore plus vingt ans après. Les personnages sont caricaturaux et n’ont pas l’ombre du charisme des anciens, à l’image du personnage interprété par Charlotte Gainsbourg qui sort de nulle part pour dire « regardez, il y a un lien télépathique avec les extraterrestres ! ». De la même manière l’intrigue, à quelques exceptions, est un calque du premier film. La fin annonce clairement un troisième film et je pense qu’ils pourront enfin se détacher et proposer quelque chose de nouveau, à condition qu’ils ne retombent pas encore dans l’histoire d’un vaisseau alien qui se pose sur Terre pour détruire l’Humanité.

Publicités

Une réflexion sur “Independence Day : Resurgence, le piège de la suite

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s