Article mis en avant

Dans un jardin qu’on dirait éternel, une bienveillante transmission

Sorti fin août dans nos salles, Dans un jardin qu’on dirait éternel est l’un de ces films qu’il fait bon regarder ces temps-ci. Paisible, bienveillant et porté par de fabuleuses actrices, le film de Tatsushi Omori conte une histoire de transmission autour de la cérémonie du thé au Japon. C’est aussi et surtout l’un des derniers rôles de la grande Kirin Kiki avant son décès fin 2018, une actrice bien connue des fans du cinéma de Hirokazu Kore-eda.

Continuer de lire « Dans un jardin qu’on dirait éternel, une bienveillante transmission »
Article mis en avant

Enola Holmes, pour revisiter la légende

Les Enquêtes d’Enola Holmes, écrit par Nancy Springer, a eu sa petite renommée dans le monde littéraire en réimaginant l’univers de Arthur Conan Doyle. C’est sans surprise que le cinéma s’est penché sur le phénomène, et plus précisément le duo Legendary Pictures et Warner Bros. Mais la crise sanitaire est passée par là et c’est finalement via Netflix que le film est distribué depuis le 23 septembre 2020.

Continuer de lire « Enola Holmes, pour revisiter la légende »
Article mis en avant

Destruction Finale (Ashfall), catastrophe sur la péninsule

Qui pourrait bien dire non à un film catastrophe ? Pas moi en tout cas. Ces histoires où tout semble perdu donnent souvent lieu à des séquences qui mélangent autant l’héroïsme à l’absurde, avec ses personnages lambdas qui survivent à l’impossible. C’est la proposition de Kim Byung-seo et Lee Hae-jun, un duo de réalisateurs coréens qui se sont payés un casting hors du commun pour raconter dans Destruction Finale (ou Ashfall) une catastrophe sans pareil. Succès retentissant l’hiver dernier dans les salles coréennes, le film a débarqué chez nous directement en DVD et Blu-ray le 15 septembre.

Continuer de lire « Destruction Finale (Ashfall), catastrophe sur la péninsule »

#ALIVE, les horreurs du confinement

On ne va pas se le cacher, s’il y a un film de zombies coréens que l’on attendait cette année, c’est plutôt Peninsula. Mais la suite de Dernier train pour Busan n’arrivera que le mois prochain dans nos contrées, alors certains tentent de s’engouffrer dans la brèche tel des zombies affamés en nous amenant #ALIVE, un film de genre réalisé par Il Cho, qui signe son premier long métrage, et distribué à l’international par Netflix. Particularité : le film confine ses deux personnages dans deux immeubles envahis par les monstres.

Continuer de lire « #ALIVE, les horreurs du confinement »

L’infirmière, des hésitations malsaines

Début août sortait dans nos salles L’infirmière (ou A Girl Missing), le nouveau film de Koji Fukada. Un jeune réalisateur japonais qui s’était fait remarquer notamment avec Harmonium, prix du jury dans la sélection Un certain regard au Festival de Cannes en 2016. A l’époque, il travaillait déjà avec Mariko Tsutsui, une actrice qui tient aujourd’hui le rôle principal de son nouveau film.

Continuer de lire « L’infirmière, des hésitations malsaines »

The Perfect Candidate, la vie est faite de petites victoires

L’Arabie Saoudite est une rareté au cinéma : longtemps en froid avec l’art cinématographique, son acceptation n’est que très récente avec l’autorisation de multiples tournages sur le sol saoudien et l’ouverture de nombreuses salles dans tout le pays. Une évolution qui permet à des cinéastes d’émerger et à d’autres de revenir dans leur pays, ce qui est le cas de Haifaa al-Mansour. Célébrée il y a quelques années pour Wadjda, le premier film tourné intégralement en Arabie Saoudite, elle fait son retour ce mois-ci avec The Perfect Candidate, un film tourné aux abords de Riyad.

Continuer de lire « The Perfect Candidate, la vie est faite de petites victoires »