Love, Simon, les petites histoires d’un premier amour

Romance événement de ce début d’été, Love, Simon est un film réalisé par Greg Berlanti où l’on parle de premier amour et d’acceptation. Un teen movie classique mais qui cherche à se faire une place de choix dans le genre en abordant des sujets moins communs.

Simon Spier (Nick Robinson) est un adolescent américain tout ce qu’il y a de plus classique, à une particularité : il est homosexuel. Dans sa banlieue aisée, l’homosexualité reste un tabou et donne lieu à plus de harcèlement que d’amour dans son lycée pour ceux qui ne le cachent pas. Un jour, il apprend qu’un autre adolescent gay de son lycée a dévoilé sa sexualité anonymement sur internet sous le pseudonyme « Blue », l’occasion pour Simon d’entrer en contact avec lui et d’échanger avec une autre personne qui vit la même chose que lui.

LoveSimonCritique (2).jpg

Keeping a Secret

Le réalisateur Greg Berlanti, autrement plus connu ces derniers temps pour son travail de showrunner à la qualité toute relative sur les séries DC Comics (Arrow, Flash, Supergirl…), s’essaie à nouveau au cinéma avec ce Love, Simon et tente de raconter un premier amour. Un premier amour mis en scène autour d’un échange épistolaire, qui, sous une forme moderne, apparaît comme un échange de mails entre deux personnes qui ne se sont jamais vues. L’un est Simon, surnommé Jacques dans cet échange, un lycéen d’une banlieue aisée d’Atlanta à la vie aussi quelconque qu’inintéressante. De l’autre, un autre lycéen qui se fait surnommer Blue, et qui a soudainement annoncé anonymement son homosexualité. Simon se retrouve en lui, cachant également son orientation sexuelle, et cela va provoquer les débuts de leurs échanges autour de ce qu’ils ressentent face à leurs proches. S’ils n’ont pas honte de qui ils sont, ils savent pourtant qu’annoncer leur orientation sexuelle braquera les lumières sur eux au moins un temps, et c’est cette attention qu’ils fuient, en rêvant d’un monde où l’homosexualité ne devrait pas aller de paire avec un « coming out »  stressant et dangereux.
Leur relation se développe malgré le fait qu’aucun des deux ne sache réellement qui est l’autre, et le film nous raconte le petit jeu d’enquête, dans la tête de Simon, qui tente de découvrir qui est Blue. A côté, Love, Simon c’est aussi le quotidien d’un lycée américain où les amitiés se font et se défont, où les amourettes semblent provoquer des crises d’Etat et où on clame son amour au milieu du stade avant le match de football américain. Bref, un lycée tel qu’il est fantasmé par la plupart des teen movies qui en font une composante essentielle, et un décor habituel de toutes leurs histoires. On y retrouvera la très bonne copine, ici incarnée par Katherine Langford (auparavant vue dans 13 Reasons Why), le pote un peu lourd mais surtout très malsain, et les deux autres amis qui sont destinés à tomber amoureux l’un de l’autre. Love, Simon n’étonne pas vraiment dans ce qu’il raconte, et son intérêt repose principalement sur cette géniale histoire d’amitié où les préjugés sont démontés les uns après les autres, et ce malgré un héros parfois très antipathique.

Et c’est sur ces éléments que le film fonctionne, les personnages se révèlent hyper attachants et on se prend d’un véritable intérêt pour leurs histoires de cœur. Plus que cela, c’est un côté rafraîchissant dont dispose le film qui lui donne un intérêt non négligeable. D’autant plus que le casting est très efficace, malgré des situations et personnages déjà vus on apprécie sans mal l’entourage du héros tant les actrices et acteurs s’en sortent bien, notamment Alexandra Shipp, tandis que le personnage du directeur adjoint du lycée, incarné par le génial Tony Hale, apporte un humour bien senti à un film qui s’oriente parfois largement vers le drame. Le réalisateur pourtant n’est pas irréprochable, avec une mise en scène souvent très attendue et classique, comme s’il calquait simplement ce qui a fonctionné auparavant dans le même genre. Mais la plus grande qualité de Love, Simon repose très certainement dans ce qu’il a à raconter : un teen movie qui fait de l’homosexualité et de l’acceptation de soi, et des autres, son élément moteur, c’est extrêmement rare, et plus venant d’une énorme machine comme la 20th Century Fox. Et c’est très réussi, car le film ne perd pas de vue le sentiment amoureux qu’il raconte et parvient à dire ce qu’il souhaite dans un contexte et une ambiance très proche de ce que nous propose le genre depuis longtemps, sans jamais faire de l’homosexualité une espèce de curiosité annexe à des histoires de lycéens. C’est un film important, sans aucun doute, notamment pour les plus jeunes qui voient là une histoire positive et un modèle qui peut leur donner un certain courage.

Rollercoaster

Pour autant j’ai souvent eu l’impression d’être en décalage avec le film. S’il raconte quelque chose de génial, il n’en reste pas moins un teen movie assez classique dans sa forme, un genre qui ne me touche plus vraiment en tant que tel. Le réalisateur comme je le disais plus tôt ne prend aucun risque et nous livre un film très attendu, sans surprise, et le plus souvent très quelconque dans son approche du genre. Heureusement il s’en tire avec les honneurs grâce à une excellente bande originale qui accompagne les situations auxquelles est confronté le héros en leur donnant une force inattendue. Les scènes n’en deviennent que plus touchante en dépassant parfois le simple sentiment de voir quelque chose de « mignon », la musique apporte une force non négligeable à un film qui en manque peut-être à d’autres moments.

Classique dans sa forme mais puissant sur le fond, Love, Simon est un film difficile à raconter tant il aborde des sujets difficiles qui toucheront principalement les adolescents. Au-delà de ça, le réalisateur manque le coche en ne faisant rien de plus que raconter une histoire d’amour, sans jamais véritablement élever son film au-delà de ce qu’il a raconté. S’il a indéniablement un côté feel good, je retiendrais Love, Simon pour son sujet plutôt que ses qualités cinématographiques.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.