Skyward – Tome 1, un monde sans gravité

Joe Henderson, showrunner de la série Lucifer sur Netflix, s’est essayé à l’univers des comics en signant Skyward aux côtés du dessinateur Lee Garbett. Comic book surprenant et particulièrement bien rythmé, Skyward fait ses débuts en France ce 30 octobre 2019 dans un premier tome aux éditions Hi Comics.

Un jour, la gravité disparaît de la Terre. Les conséquences sont nombreuses, à commencer par les gens pris de court en pleine rue, condamnés à disparaître dans le ciel. Vingt ans plus tard, la société s’est habituée à ce changement, dont Willa, une jeune femme qui n’a jamais connue la gravité. Et les ennuis arrivent quand elle tente de contacter un vieil ami de son père, ce dernier refusant depuis vingt ans de mettre les pieds dehors.

Sens dessus dessous

Quelle surprise que de découvrir Skyward. Une série de comics dont je n’avais jamais entendu parler avant d’ouvrir le livre, mais forcément intrigué par sa très belle couverture la tête à l’envers de l’héroïne, au-dessus d’une immense ville. Une héroïne qui n’en est pas moins surprenante : femme, noire, hyper-positive et déterminée, elle apporte une fraîcheur bienvenue face aux habituels héros de comics. Pourtant le récit a tout de la catastrophe, d’ailleurs ses premières pages annoncent un destin bien funeste pour la Terre, avec la disparition soudaine de la gravité et des habitants aspirés par le ciel, dont la mère de l’héroïne. Les pertes sont nombreuses, rien n’est plus comme avant, d’ailleurs on apprend au fil des cinq chapitres que compte ce premier tome que toutes les activités terrestres ont été remises en cause. L’agriculture n’est plus la même, la météo non plus (comment tombe la pluie sans gravité ?) et la moindre erreur à l’extérieur peut conduire à notre perte. D’ailleurs, l’Amérique amatrice d’armes à feu est remise en cause : il n’y a pratiquement plus d’armes, puisque le moindre tir peut envoyer son hauteur dans la stratosphère à cause du recul.  Alors ce « Jour G » où tout a basculé n’est pas qu’un simple changement, c’est un véritable bouleversement de l’ordre des choses.

Et ce bouleversement accentue évidemment les différences sociales, mais l’auteur prend à contre-pied les poncifs de la science-fiction et dystopie moderne en mettant les riches tout en bas des immeubles. Les hauteurs sont dangereuses, si les pauvres ont une vue sur la ville entière, ils risquent aussi leur peau. Les riches vivent dans le passé, dans le déni : ils portent des bottes aimantées qui leur permettent de rester au sol. Mais l’auteur s’en amuse et les moque, car ils refusent de voir la réalité et font comme si de rien était. Les excursions de Willa dans ce monde, qui tente de survivre comme elle peut avec des livraisons sur les toits, révèlent la tristesse d’une haute société, paradoxalement condamnée à vivre tout en bas. Evidemment les sabots sont gros, le discours est classique, mais l’auteur manie avec intelligence ces poncifs et rend les situations finalement plutôt drôles grâce à l’absurde et le dépit qu’inspire la haute société.

Skyward_Tome 1_Critique_La Tentation Culturelle (2).jpg
© Joe Henderson, Lee Garbett et Antonio Fabela, Skyward, T.1, Bragelonne – Hi Comics.

Un récit hollywoodien

Et Joe Henderson révèle un récit particulièrement efficace. Son rythme, son intensité, la grandeur et l’envergure de son monde font penser à Hollywood. C’est un récit presque épique, dans la peau d’une femme quelconque, c’est une quasi super-héroïne malgré le fait qu’elle n’ait aucun pouvoir, si ce n’est son intelligence. D’ailleurs Hollywood ne s’y trompe pas : Joe Henderson a déjà signé pour une adaptation de Skyward sur grand écran. Et on n’est pas surpris en lisant ce premier tome, car tous les ingrédients sont là pour une belle aventure. Une aventure qui est déjà sublimée par le travail de Lee Garbett, dont les dessins rendent honneur aux grands rêves d’aventure de l’auteur. Après des années à travailler sur plusieurs séries DC et Marvel, Lee Garbett semble avoir réellement trouvé sa voie en maîtrisant le rythme avec passion, grâce à de très beaux plans et des scènes d’action parfaitement lisibles. Ses dessins jouent sans cesse sur l’opposition entre les espaces clos où s’abritent de peur les plus riches, et l’immensité d’une ville sans gravité où vole, pleine de liberté, l’héroïne du récit.

Un monde sans gravité, un bouleversement de l’ordre des choses et une nature rebelle, Willa navigue entre les grattes-ciel et offre une aventure hors du commun. On passe un excellent moment à la lecture, les surprises sont nombreuses et les dessins de Lee Garbett séduisent sans mal. Joe Henderson signe un excellent comic book, vivement la suite ! Je ne m’attendais pourtant pas à ce que cette énième histoire de science-fiction soit aussi séduisante. En prenant place dans un monde finalement très proche du notre (à peine vingt ans dans le futur) et avec une héroïne passionnante, Joe Henderson et Lee Garbett offrent un récit accrocheur qui se lit d’une traite tant le rythme est maîtrisé. Willa est une héroïne curieuse, et j’ai évidemment hâte de découvrir la suite dans les prochains mois.

Critique réalisée à partir d’un exemplaire envoyé par les éditions Hi Comics – Bragelonne.

2 réflexions sur “Skyward – Tome 1, un monde sans gravité

  1. Tu as bien vendu Skyward, que je serais maintenant curieuse de découvrir. Les récits où l’ordre des choses est bousculé par la disparition de quelque chose de fondamental sont à la mode, mais je suis contente de voir que ce comic tire son épingle du jeu. Le discours sur le clivage dans la société a l’air classique, mais bien amené ! Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.