Last Chance U, en immersion dans le football universitaire

Last Chance U est la dernière série documentaire produite par Netflix, sortie le 29 juillet 2016. Nous sommes amenés à suivre au fil des six épisodes une équipe universitaire de football américain qui visait en 2015 un quatrième titre national d’affilée, sur fond de problèmes sociaux dans la petite ville de Scooba, où il n’y a rien à part le campus et un distributeur de Coca-Cola dans un coin.

Les Lions du East Mississippi Community College (EMCC Lions) ont connu un tournant il y a quelques années avec l’arrivée du coach Buddy Stephens. Avec un jeu tourné vers l’offensive, il a permis à l’équipe de retrouver des couleurs et gagner des titres chaque année. Mais cette université et les joueurs sont à part. En effet, la plupart sont pauvres ou n’ont pas pu accéder aux meilleurs établissements à cause de leurs résultats scolaires, et même parfois des ennuis avec la justice. Malgré tous leurs déboires, le coach est parvenu à les rassembler autour d’un objectif commun et les as amenés tout en haut de leur division. Mais au-delà du cadre sportif, Last Chance U s’attache à dévoiler les personnalités et vies des jeunes qui font vivre cette équipe qui, contre toute attente, s’est mise à tout gagner.

La culture de la performance

Le documentaire tire son originalité de sa manière d’aborder le sport : moi-même n’étant pas un amateur du football américain, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder les six épisodes. Le réalisateur Greg Whiteley nous plonge dans un univers où la performance est au centre de tous les débats. Les étudiants s’entraînent à longueur de semaine sans relâche pour être au niveau chaque week-end, mais doivent également travailler leurs cours sérieusement s’ils veulent prétendre à intégrer un établissement plus prestigieux et obtenir une bourse d’étude. On assiste à des scènes uniques, qu’on ne verra jamais en France, où les étudiants sont chouchoutés et bénéficient d’excellentes infrastructures dédiées à l’entraînement, la récupération et les soins. Bien qu’ils ne soient pas encore professionnels, la culture de la gagne leur est déjà inculquée dans le but de les mener vers les sommets et pourquoi pas un jour, la NFL.

A côté, ils sont tenus d’assister aux cours classiques et sont suivis par Brittany Wagner, une conseillère pédagogique qui veille à ce que le travail soit effectué. La plupart des jeunes n’ont pas une grande affection pour les études et n’ont jamais obtenu de bons résultats, mais EMCC est leur dernier espoir et Brittany Wagner a pour objectif de leur faire comprendre et accepter qu’ils doivent redoubler d’effort s’ils veulent intégrer l’université et l’équipe de leurs rêves. Cela peut étonner du point de vue français, mais malgré la place conséquente accordée au sport au sein de ces universités, leurs performances scolaires sont au moins aussi importantes que leurs performances sportives et il est impossible pour un de ces joueurs de sortir de EMCC s’il ne travaille pas correctement.
Ainsi le football américain, bien qu’il ait une place centrale n’est qu’un élément parmi d’autres dans ce documentaire. Le réalisateur a suivi les joueurs sur et en dehors des terrains, en les amenant à parler de leurs problèmes, de leur vie et la difficulté à conjuguer pression sportive et scolaire.

Des rêves brisés

Les étudiants jouent leurs vies sur cette saison et ils le découvrent peu à peu. Ils ont pour objectif de battre le record de victoires consécutives en championnat et ainsi entrer dans l’histoire, et espèrent également qu’à la fin de l’année une équipe de la division supérieure viendra leur proposer un contrat. Ces problématiques touchent directement le spectateur car le réalisateur frappe fort en nous poussant à nous intéresser aux vies compliquées de ces jeunes qui ont parfois été frappé par le pire (comme Ronald Ollie, qui a perdu ses parents alors qu’il était gamin), ou qui ont certains fait des bêtises. Mais chacun de ces jeunes souhaite s’accrocher et réussir dans le football américain.
Tempéraments difficiles et rêves de gloire, le corps enseignant et sportif les responsabilise et les fait mûrir au travers des incroyables performances de l’équipe, en leur apprenant à travailler pour obtenir ce qu’ils veulent. Mais les places sont chères et tous n’auront pas la même chance, le documentaire nous montre alors le désarroi de ceux qui voient leurs rêves brisés, en opposition à ceux qui pourront rejoindre une université prestigieuse.

Last Chance U parvient à accrocher grâce à son style, la réalisation presque cinématographique et sans voix-off s’attache à laisser la parole aux joueurs, avec une pointe de musique et d’effets de style qui font passer les six épisodes très rapidement. C’est un documentaire qui mérite la curiosité même lorsque l’on n’aime pas le football américain, car il offre de beaux moments d’émotions au-delà de la découverte d’un monde et d’une conception du sport universitaire complètement différente de celle que l’on a par chez nous. Les protagonistes sont terriblement attachants et très rapidement on n’espère que le meilleur pour eux, en espérant en revoir quelques uns dans la deuxième saison qui a été annoncée très récemment.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s