Agents presque secrets, flingues et licornes

Agents presque secrets est une comédie réalisée par Rawson Marshall Thurber. Ce film s’appuie sur le duo formé par Kevin Hart et Dwayne Johnson, au service d’une parodie d’espionnage.

Robbie Wheirdicht (Dwayne Johnson) était victime de harcèlement au lycée du fait de son obésité et seul Calvin Joyner (Kevin Hart), le gars le plus populaire à qui on prédit une carrière fantastique, avait eu pitié de lui un jour au terme d’une énième humiliation. Quelques années plus tard, ces deux-là se retrouvent via facebook et Calvin n’a pas comblé les attentes qui étaient placées en lui, c’est en effet devenu un comptable raté à la vie de couple compliquée. Robbie lui a aussi bien changé : il se fait désormais appeler Bob Stone, il a pris quelques dizaines de kilos de muscles et… Il travaille pour la CIA. Afin de coincer un criminel, Bob contraint Calvin à lui donner un coup de main.

Can I Kick It ?

Calvin hallucine lorsqu’il retrouve Bob/Robbie, parce que tout indiquait qu’il raterait sa vie au contraire de lui que tous les professeurs à l’époque déjà comme un futur gouverneur. Mais Calvin n’a pas été capable d’honorer tous les espoirs qui étaient placés en lui, et il n’est finalement devenu qu’un simple comptable à la vie de couple compliquée, où sa femme -l’ancienne fille la plus populaire du lycée- l’ennuie tous les jours pour aller faire une thérapie de couple. Bob lui a complètement changé de vie, bodybuildé et particulièrement bien entraîné, c’est un agent secret un peu foufou qui reste fan de Calvin, la seule personne qui s’était soucié de lui au lycée. Et c’est parce qu’il a besoin de ses compétences de comptable qu’il va le retrouver, afin d’identifier le code d’une transaction financière permettant de découvrir le lieu où se déroulera la vente de données confidentielles.

Mais l’enquête et cette histoire d’agent secret n’est pas très importante, c’est en effet un élément secondaire du film. Ce buddy movie met l’accent sur les différences entre les deux personnages et leur complémentarité. Le personnage joué par Kevin Hart est assez semblable  ce qu’il fait d’habitude, dans le genre du petit comique nerveux, il tente de garder la tête haute alors que sa vie est une succession d’échec et n’est pas celui que son ami Bob glorifie sans arrêt. Quant au personnage de Dwayne Johnson, adorateur de flingues et de licornes, il est le véritable potentiel comique du film : c’est une caricature du gros bras au grand cœur, dingue et qui ne fait qu’une bouchée des ennemis qui se dressent sur son chemin. La dynamique s’installe bien entre les deux personnages qui vont enchaîner les situations avec une certaine intensité, entre quelques blagues bien senties et des situations absurdes qui ridiculisent les films d’espionnage. Le film s’amuse de tout ce qu’il aurait pu être : un film d’action relativement basique, en exploitant tous les clichés du genre à des fins comiques. Trahisons « inattendues », courses poursuites, hack en une demi seconde tout en sirotant un cocktail et coïncidences heureuses, Agents presque secrets est parfaitement calibré et utilise tous les ressorts comiques que le genre lui permet.

Never Gonna Give You Up

C’est aussi et surtout l’histoire de deux vieux amis qui vont se prêter main forte face à l’adversité : s’ils sont tous les deux très différents, ils viennent du même endroit et poursuivent la même quête. Sous ses faux airs d’affaire d’espionnage héroïque, le film propose une morale mignonne sur le harcèlement scolaire et la volonté de changer de vie. L’ensemble fonctionne plutôt bien car Kevin Hart ne fait pas du Kevin Hart (autrement dit, il évite d’être lourdingue) et Dwayne Johnson est enfin capable de sortir du rôle de la brute dopée aux stéroïdes pour faire preuve d’une autodérision tordante. Ces deux-là associés à des guest plutôt cool (Aaron Paul, Amy Ryan, Jason Bateman) donnent au final un film devant lequel on passe un bon moment, notamment grâce à des vannes lancées au bon moment et qui font mouche la plupart du temps.

Alors ce n’est pas un film incroyable et nul doute qu’il sera très vite oublié, mais je ne peux qu’apprécier cette parodie de film d’espionnage (un genre bien populaire depuis quelques temps) où le duo d’acteur fonctionne à merveille. A la fin du film, qui arrive très vite tant on n’a pas le temps de s’ennuyer, on n’espère qu’une chose : revoir très vite ce duo tant il provoque de fou rires.

Publicités

Une réflexion sur “Agents presque secrets, flingues et licornes

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s