Rick & Morty – Tome 1, de la télévision aux comics

Série animée à succès, Rick & Morty se décline aussi en comics et fait son apparition en France ce 24 janvier 2018 chez HiComics, le nouveau label des éditions Bragelonne. Sous la houlette de Sullivan Rouaud, fondateur du réseau ARTS, le label s’attache à proposer une nouvelle collection de titres indépendants. Le premier titre publié par ce nouveau label est donc le premier tome de Rick & Morty, fort d’une certaine popularité en France après sa diffusion sur Netflix et France 4.

Rick est un inventeur alcoolique qui parcourt l’univers à la recherche de nouvelles aventures improbables. Bien décidé à montrer à Jerry, son gendre, que ses expériences peuvent aussi permettre de gagner sa vie, Rick embarque son petit fils Morty dans une nouvelle aventure à la bourse intergalactique. L’occasion d’y utiliser une de ses inventions qui lui permettra de gagner des milliards sans lever le petit doigt. Mais poursuivis par la police temporelle, les compères vont vite déchanter.

« Wubba luba dub dub ! »

Afin d’éviter toute confusion ou incohérence avec la série télévisée, on apprend assez vite dans les pages du comics que ces Rick et Morty viennent de la dimension C-132, de quoi faire comprendre aux fans qu’ils ont affaire à des personnages venant d’une dimension parallèle à la série. Zac Gorman, l’auteur des comics, bénéficie donc d’une liberté totale afin de proposer des histoires complètement inédites, sans pour autant réinventer les personnages. On y retrouve bien le sarcasme de Rick, les doutes de Morty et toute la famille dysfonctionnelle qui les entourent.
A cette occasion on découvre une nouvelle lubie de Rick : l’argent. Toujours dans le même esprit de compétition, ou tout du moins sa volonté de montrer qu’il est en tous points supérieur à son gendre, il embarque son petit fils dans une énième aventure qui va les mener tout droit vers des ennuis et une situation complètement improbable. Une bonne excuse pour y caser l’humour cynique propre à la série, Rick étant toujours cet inventeur antipathique qui a constamment un coup d’avance sur les autres, maîtrisant à la perfection toutes les subtilités d’un univers intergalactique qu’il a déjà parcouru plusieurs fois.

Les fans de la série animée ne seront donc pas perdus, ils y retrouvent tout ce qui fait le sel de la série avec des dessins de CJ Cannon qui restent très proches de ce qu’on retrouve à la télé. D’autant plus que l’auteur Zac Garmon s’en sort à merveilles, s’il reprend à son compte des running gags de la série, il y imprime sa propre vision de Rick & Morty et parvient à surprendre dans sa manière d’aborder les aventures des personnages. On part évidemment à la rencontre d’extraterrestres toujours aussi dingues, et on retrouve également cette double lecture propre à la série qui ne manque jamais de critiquer sa société, mais également ses personnages avec beaucoup d’auto-dérision. Le chapitre autour de l’empire financier monté par les deux compères est savoureux, tout comme son dénouement mettant en scène une police temporelle complètement improbable.

© Zac Gorman, Rick et Morty, T.1, Hi Comics, 2018

Vers l’infini et au-delà

Là où l’auteur se lâche complètement c’est dans les dernières pages du tome, quelques courtes histoires qui ne font pas plus de quatre pages et qui mettent en scène chaque membre de la famille dans des histoires loufoques. C’est une réussite, notamment parce que cela coupe avec la dynamique habituelle de Rick & Morty et laisse plus de place aux autres personnages qui se révèlent au moins aussi savoureux que les héros habituels. On les découvre dans des situations inattendues, des dimensions parallèles probablement, qui leur permettent enfin d’exprimer leurs personnalités bien marquées. C’est une conclusion des plus sympathiques pour un tome qui ne se repose jamais sur les acquis de la série et tente d’aller un peu plus loin, offrant des aventures originales et bien senties pour des personnages au potentiel infini.

Ce premier tome de Rick & Morty est une réussite. Alors que les pièges étaient nombreux, la série s’en sort avec brio dans son passage de la télévision aux comics en proposant des aventures sympathiques et rythmées qui s’incorporent sans mal dans un média bien différent de l’animation. Alors peut-être que ceux qui n’ont jamais vu un épisode de la série auront du mal à s’immerger dans l’histoire tant le comic book de Zac Gorman, bien qu’il se veuille complètement indépendant de la série animée, reprend la recette qui a fait son succès sur petit écran. Pour autant, le pari est réussi et on attend maintenant la suite avec impatience.

Critique réalisée à partir d’un exemplaire envoyé par les éditions Bragelonne – Hi Comics.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.