Inside, le chef-d’œuvre du malaise

Inside est le nouveau jeu des gars de Playdead. Le studio danois s’était illustré en 2010 avec Limbo, un jeu de plate-formes au succès retentissant qui avait plus ou moins popularisé le jeu vidéo indépendant. Six ans après ils reviennent sur Xbox One et PC avec un nouveau titre, et c’est encore meilleur.

A l’image de Limbo, Inside s’appuie sur une narration très particulière. Pas de dialogue ni aucun texte, tout le propos est transmis par l’image et la musique oppressante. L’univers est glauque et plonge le joueur dans un profond malaise pendant quelques heures, mais il m’est impossible de dire de quoi parle le jeu tant le plaisir réside dans la découverte : le propos est relativement simple mais lourd de sens, et le connaître avant d’y jouer empêchera le titre de fonctionner.
Les décors sont terriblement angoissants, comme tous les personnages que notre héros, un enfant, rencontrera tout au long du périple. Dans l’oppression de décors sombres, les puzzle s’enchaînent pour atteindre un dénouement incroyable.

I am terrified

Le jeu se termine assez rapidement, à peine cinq heures pour le compléter dans sa totalité. Pourtant il comporte un très grand nombre de scènes marquantes, impliquant largement le joueur et jouant avec ses émotions. S’il se présente initialement comme un simple jeu de plate-formes et puzzle à la manière de Limbo, on découvre rapidement que Inside est un jeu bien plus abouti, qui exploite chaque élément de son univers pour attraper le joueur dans un profond malaise.
Grâce à un moteur physique génial, on contrôle avec plaisir ce gamin qui est amené à utiliser les éléments du décor pour progresser. Le personnage se déplace avec une fluidité exemplaire, ses animations rendant l’ensemble très crédible et appuyant un peu plus sur la sensation de lourdeur que le jeu renvoie. Lorsque l’on est coursé par quelqu’un on est en plein stress, car le héros n’est ni rapide, ni agile. Et c’est pareil pour tous les autres personnages que l’on croise, les animations sont incroyables.

Pourtant Inside n’apporte rien de nouveau au genre, les puzzle sont très simples, il n’y a que trois touches (direction, saut et action) et on se déplace dans un univers en 2,5D où l’on se contente d’aller vers la gauche ou la droite, avec assez peu de verticalité. Mais ce jeu est surtout une interrogation sur l’Homme, sur les traitements qu’il peut infliger et sur la condition humaine. Le propos est chargé émotionnellement et laissera pantois ceux qui auront eu le bon goût d’aller jusqu’au bout.

Special Secret Inside

Limbo était considéré comme un chef d’œuvre du jeu vidéo en son époque, aujourd’hui devant Inside je me dis qu’il ne s’agissait que d’un brouillon, un essai infructueux qui malgré ses qualités n’était que l’esquisse de ce qui allait arriver ensuite. Le nouveau jeu du studio danois reprend tous les éléments qui avaient fait leur premier succès, en y ajoutant un propos touchant et un final grandiose, des éléments qui manquaient certainement à leur premier titre.

Avec un moteur physique fabuleux, des thèmes musicaux parfaits et une thématique lourde, ce jeu est assurément l’un des meilleurs de son genre et mérite que chacun s’y essaie. Je ne peux que conseiller l’achat sans regarder la moindre vidéo du jeu, car les gars de Playdead ont cette fois-ci atteint l’apogée de leur art.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s