Colonia, la secte de l’horreur

Colonia est un film allemand réalisé par Florian Gallenberger. Prenant place en 1973 à l’occasion du coup d’Etat militaire chilien, un couple d’allemands se retrouve prisonnier d’une prétendue mission de bienfaisance, sous la houlette du prédicateur Paul Schäfer, ami du général Pinochet.

Daniel (Daniel Brühl) est un étudiant allemand qui proteste, aux côtés des chiliens, contre la dictature militaire du général Pinochet. C’est armé de son appareil photo qu’il multiplie les clichés afin de dénoncer les atrocités qui sont commises. Alors que sa petite amie hôtesse de l’air Lena (Emma Watson) l’a enfin rejoint à Santiago, ils sont pris par l’armée pendant une rafle. Certains sont fusillés sur place, d’autres emmenés vers des lieux inconnus. Le rôle de Daniel dans la contestation chilienne est trahi par le témoignage de quelqu’un, il est emmené de force dans une camionnette sous les yeux impuissants de Lena. Cette dernière va mener son enquête et découvrir rapidement qu’il est retenu dans une zone du sud appelée Colonia Dignidad, une prétendue mission de bienfaisance dirigée par le prédicateur Paul Schäfer (Michael Nyqvist). Les rumeurs disent que personne n’en est jamais revenu…

Ain’t no sunshine

En arrivant à Colonia Dignidad, Lena se rend très vite compte de la réalité : ici il n’y a aucune œuvre de bienfaisance, les hommes et les femmes sont séparés mais chacun voue un culte au « gourou » de ce lieu, Paul Schäfer. Il s’impose aux yeux de tous comme un meneur, une sorte de messie qui les aide à traverser leurs peines. Il s’agit donc d’une secte, dont l’histoire est encore plus glauque qu’elle n’y paraît au premier abord. En effet Daniel est emprisonné et torturé dans les sous-sols, d’une telle manière qu’il semble perdre certaines facultés mentales. Livré à lui-même, il ne peut pas s’échapper, jusqu’au jour où Lena fait son apparition. Alors qu’elle cherche à trouver Daniel dans ce camp, elle va peu à peu faire la lumière sur les réelles activités du leader idolâtré. Celui-ci semble entretenir des liens privilégiés avec Pinochet, en torturant ses opposants, et semble même abuser des enfants (qui sont séparés de leurs parents dès la naissance) alors qu’il prétend les aider.

Le film se concentre donc sur la descente aux enfers de ce couple dans la secte de Schäfer jusqu’au sauvetage de Daniel par sa bien aimée. Le récit est centré sur Lena, qui apparaît comme une femme forte et dotée d’un énorme courage, elle est prête à tous les sacrifices pour sauver l’homme qu’elle aime. Elle va traverser un nombre considérable d’épreuves sous la pression de Schäfer mais aussi de Gisela (Richenda Carey), chargée d’apprendre les bonnes manières aux jeunes femmes qui rejoignent la secte. Entre travail forcé et sévices physiques, elle n’échappe à rien et doit se contenter de subir en attendant de trouver Daniel.

Une histoire d’amour

C’est probablement là que le film pèche, s’il faut lui trouver un défaut. Si on le regarde en pensant voir une histoire d’amour dans un contexte historique crédible, alors c’est un très bon film. Les deux héros (qui contrairement au reste du film n’ont pas existé dans la réalité) ont une complicité séduisante, Emma Watson est fabuleuse dans ce rôle tandis que Daniel Brühl est très touchant. Ça donne un charme particulier au film, où dans un contexte proche d’un Argo, des amoureux vont tout faire pour se sauver ensemble.
Mais d’un autre côté, si l’on espère voir un film historique, c’est complètement raté. La personnalité de Paul Schäfer est survolée, son passé de nazi est à peine esquissé et son rôle dans les exactions de Pinochet n’est que suggéré. On ne voit le contexte politique qu’au début du film, et la Colonia Dignidad n’est finalement qu’un prétexte pour donner une dimension héroïque à cette histoire d’amour.

J’ai tout de même beaucoup aimé Colonia, grâce aux performances des acteurs et les personnages qu’ils interprètent. Malgré la déception pour le côté historique, j’ai été transporté à une époque sombre et dans une histoire glauque où j’ai ressenti une tension importante lorsque les héros tentent de s’échapper de cet enfer sur Terre. S’il manque indéniablement le coche en survolant l’aspect historique, c’est assurément un drame captivant et une belle histoire d’amour.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s