Kill or Be Killed – Tome 1, tuer pour se sauver

Kill or Be Killed est un comics créé par Ed Brubaker et Sean Phillips, le duo à l’œuvre sur des références du comics Noir comme Criminal ou The Fade Out. Toujours portés sur le crime, les deux compères s’essayent cette fois-ci à un personnage torturé, cynique, et surtout contraint de tuer pour sauver sa peau.

Dylan est un étudiant de 28 ans dépressif, qui vit en colocation avec le copain de sa meilleure amie Kira dont il est amoureux depuis toujours. Avec ses vues cyniques sur le monde, il apparaît comme une personne à part, difficile à comprendre et à suivre. Un jour alors qu’il échoue à sa tentative de suicide il est visité par un démon qui prétend l’avoir sauvé : en échange, il doit tuer chaque mois une personne s’il veut garder la vie. Alors qu’il pensait avoir tout abandonné, il se rapproche enfin de Kira et se rend compte qu’il ne peut pas se laisser mourir. Il n’a pas le choix, il devra suivre les demandes du démon, alors qu’il n’a jamais fait de mal à une mouche et n’est même pas certain qu’il ne s’agisse pas que d’une hallucination.

L’odeur du sang

Si Kill or Be Killed m’a autant plu, c’est parce que Ed Brubaker et Sean Phillips y expriment tous deux ici leur immense talent. Malgré la violence du propos, le scénario est d’une finesse propre à ce que fait Ed Brubaker depuis des années, parvenant à faire passer pour humain un criminel qui tue ses victimes de sang froid. On tombe avec le personnage dans une dépression et une folie qu’il ne soupçonne pas immédiatement, où les protagonistes qui l’entourent deviennent des pantins à son histoire. Avec les dessins de Sean Phillips, on retrouve donc ce qui fait le succès du duo depuis des années, accompagnés une nouvelle fois par la coloriste Elizabeth Breitweiser qui vient donner vie à l’ensemble. Au-delà du récit, Kill or Be Killed est une œuvre graphique que j’ai pris plaisir à contempler, chaque planche racontant un bout d’histoire sans que les bulles de textes soient toujours nécessaires.

Le personnage que l’on découvre ici, Dylan, est complètement antipathique. Malgré la bienveillance de ses amis (bien que sa relation avec Kira soit des plus ambiguës) il ne cesse de s’enfoncer et de se complaire dans un échec constant, se lamentant de sa condition et de l’amour qu’il porte à sa meilleure amie. C’est finalement un personnage assez semblable à ce que nous propose habituellement Ed Brubaker, un peu à l’image de certains des protagonistes apparus dans les comics Criminal, toujours un peu torturés et se sentant oppressés par un monde qu’ils ne comprennent pas. A côté de lui, l’énergie et l’empathie de Kira vient mettre un peu de couleur, elle vient le compléter et lui apporter une certaine consistance. Les deux sont inséparables, et c’est bien là qu’est le mal.

Une prise de conscience

Le personnage doute constamment de la réalité de ce qu’il voit, est-ce que ce « démon » est une hallucination ? N’est-il pas un psychopathe des plus ordinaires, qui justifierait ses crimes avec une pseudo-vision ? Ces questions restent en suspend et occuperont certainement l’esprit du héros dans les prochains volumes. Mais l’idée de fond n’est pas vraiment là, l’intérêt de Kill or Be Killed c’est toute l’ambiguïté d’un personnage qui voulait mourir mais qui passe un pacte avec le diable pour se maintenir en vie. Alors qu’il avait tout abandonné, alors qu’il s’est jeté du haut de son immeuble, il va tuer des personnes qu’il estime « mauvaises » afin d’avoir le droit de vivre.

Malheureusement, et j’aurais probablement dû commencer par cela : Kill or Be Killed n’est pas édité en France, il n’est donc à l’heure actuelle uniquement disponible en anglais. Cependant pour peu que vous aimiez Ed Brubaker et Sean Phillips, ou que l’idée de lire un comics Noir bien ficelé vous emballe, alors vous ne risquez pas d’être déçu par celui-ci. Disponible pour pas très cher (environ 10 euros) en VO, ce premier volume de quatre chapitres est absolument génial.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s