Civil War II, l’heure de gloire de Captain Marvel

Le premier arc Civil War, publié entre 2006 et 2007 a marqué l’histoire des comics Marvel : donnant lieu à une adaptation cinématographique, ça a aussi été un conflit important entre les super-héros avec des conséquences variables. La Maison des Idées a tenté de raviver la flamme avec Civil War II, un nouvel arc narratif écrit par Brian Michael Bendis et opposant cette fois-ci Iron Man à Captain Marvel. La publication a eu lieu en format kiosque entre janvier et juin 2017, et la compilation en librairie sortira dans les prochains mois.

Un nouvel Inhumain a fait son apparition : nommé Ulysse, celui-ci prétend voir l’avenir. Il fait ses preuves très rapidement en révélant aux Inhumains que le Destructeur Céleste va arriver sur Terre, une vision qui ne tarde pas à se réaliser. Aidés par les Avengers, les Inhumains parviennent à repousser le danger mais la discorde commence : Tony Stark refuse de poursuivre sur cette voie en estimant que suivre ces visions pourraient pousser les super-héros à s’en prendre à des gens qui n’ont encore rien fait. Les choses vont encore plus s’envenimer quand à la suite d’une nouvelle vision d’Ulysse, Captain Marvel mène une bande de super-héros vers un nouveau combat : Thanos est de retour, et leur intervention rapide a permis de le repousser. Mais James Rhodes/War Machine, décède dans le combat et lorsque Tony Stark, son meilleur ami, apprend que ce combat n’a eu lieu que parce qu’Ulysse l’a prédit, il se jure de ne jamais plus laisser les super-héros utiliser ces visions.

CivilWarIICritique (2)

Chasser les démons du futur…

C’est au travers des huit chapitres et des quelques tie-ins publiés dans six numéros de la série principale, et cinq « extras », que la deuxième « guerre civile » s’est déroulée. Il est d’abord nécessaire de s’entendre sur quelque chose : si Marvel a décidé de reprendre le titre du célèbre event, il n’est en réalité ici rarement question d’une guerre civile. Bien que le peuple apparaisse de temps en temps, on remarque rapidement que le conflit se déroule essentiellement au sein des super-héros et des autorités, un peu à l’image du film Captain America : Civil War.
Ceci étant dit, au fil des chapitres on va découvrir des héros parfois meurtris par la cassure qui s’installe entre eux, mais également à cause des morts de célèbres personnages. Car comme tout event d’envergure, il y aura nécessairement des conséquences importantes et ici on n’y échappe pas. Des héros plus ou moins populaires vont disparaître, tandis que d’autres vont être sauvés par ces fameuses visions : Ulysse dépeint généralement un futur extrêmement sombre, où bon nombre de super-héros seront tués, le plus souvent par des collègues. C’est Captain Marvel qui va essentiellement porter Civil War II, un personnage devenu central et qui mène le camp favorable à Ulysse, estimant que suivre ces visions permettra d’éviter de nombreuses catastrophes. Une idée qui se défend évidemment dans la mesure où au fil de l’aventure on verra régulièrement des conflits être désamorcés in extremis grâce aux visions de l’Inhumain.

Mais Civil War II dépasse ce cadre et adresse un propos sous-jacent tout à fait dans l’air du temps : la poursuite, la condamnation et la détention pour des crimes qui pourraient être commis, selon divers indices. Car l’opposition entre les super-héros est essentiellement fondée là-dessus. Carol Danvers/Captain Marvel représente cette frange de la population qui estime que la détention ou l’internement à titre préventif pourrait éviter beaucoup de catastrophes (un renvoi direct à un débat de société très actuel), tandis que Iron Man se fonde sur ses principes et refuse catégoriquement l’idée de s’en prendre à une personne qui pourrait mal agir selon les circonstances. Bien évidemment les choses sont plus subtiles dans la tête de Captain Marvel, les relents d’autoritarisme ne sont qu’une façade et on se rend bien vite compte qu’elle est dépassée par les événements. Son intention n’est pas d’enfermer des innocents, mais l’idée d’en perdre d’autres car elle n’a pas agit alors qu’elle possédait des éléments d’information la détruit. C’est très probablement la plus grande réussite de Civil War II à mes yeux : avoir été capable de traiter d’un tel sujet sans tomber dans la complète caricature, mais aussi le développement du personnage de Carol Danvers. En prenant une place plus importante et en se détachant des idéaux sans cesse vantés par les habituels Iron Man et Captain America elle incarne ces doutes qui peuvent faire vaciller les personnes les plus droites.
C’est aussi forcément plaisant de voir ce personnage que j’adore prendre une telle ampleur alors qu’un film Captain Marvel avec Brie Larson est en cours de production.

CivilWarIICritique (3)

… Pour un futur désirable

Pourtant Civil War II se révèle parfois décevant. Son envergure est bien moindre que son aîné et en dehors de l’analyse que j’en ai fait renvoyant à l’actualité, les enjeux restent souvent limités. A cela on ajoute un récit extrêmement court, en seulement huit chapitres et avec des tie-ins qui n’apportent pas grand chose au récit : la plupart de ceux qui ont été publiés dans les numéros du récit principal et des « extras » sont totalement dispensables, parfois mal écrits (à l’image des Civil War II : Ulysses) ou juste sans grand intérêt pour les enjeux dont il est question. Heureusement certains sortent du lot, avec un génial Civil War II : The Accused qui nous conte le procès d’un personnage important avec Matt Murdock/Daredevil en avocat, ou Civil War II : Le Caïd qui est très juste malgré les distances prises avec l’événement.
Heureusement le récit principal en lui-même reste de bonne facture, malgré l’enchaînement rapide des événements et ses raccourcis, il reste très divertissant et a le mérite d’être dessiné par un exceptionnel David Marquez. Beaucoup de dessinateurs se sont essayés à Captain Marvel, mais lui la dessine comme personne. Il offre en plus ici de très belles planches, souvent pleines de symboles alors que les grandes figures actuelles des comics s’affrontent à nouveau.

Un constat finalement mitigé sur cet event que j’attendais avec beaucoup d’impatience. Si le récit de Bendis est plein de qualités, notamment pour les thèmes qu’il aborde, il n’en reste pas moins beaucoup trop court. On passe très rapidement des prémices du conflit à l’affrontement final et les tie-ins, sauf exceptions, ne sont pas parvenus à combler ce manque. Cet événement est bien moins maîtrisé que son aîné et c’est très dommage. C’est toutefois une histoire que je conseille, rien que pour Captain Marvel et tout le bien qu’inspire ce personnage.

Publicités

4 réflexions sur “Civil War II, l’heure de gloire de Captain Marvel

  1. Alors je connais assez bien les films, mais jamais lu les BD ! Je connaissais même pas l’existence de Captain Marvel, pour te dire… (en plus, d’après mes petites recherches wiki, y a plusieurs Captain Marvel ?! Damn) mais du coup le film en préparation pourrait bien m’intéresser :)

    J'aime

    1. Alors oui, il y a eu plusieurs Captain Marvel, celle-ci (Carol Danvers) n’existe que depuis 2012, et se faisait auparavant appeler Miss Marvel… Miss Marvel qui est désormais l’identité super-héroïque de Kamala Khan : https://latentationculturelle.fr/2017/03/03/miss-marvel-tome-1-un-nouveau-genre-dheroine/
      Après les gens de chez Marvel s’étonnent qu’on ai du mal à les suivre ! Et pour rigoler un peu plus, il y a eu un Captain Marvel chez DC Comics aussi :D (depuis renommé Shazam, à propos duquel un film avec Dwayne Johnson est en préparation…)

      J’attends beaucoup le film Captain Marvel, rien que pour Brie Larson. Mais dans tous les cas il faut pas hésiter à essayer les comics, d’autant plus que les plus récents s’inspirent beaucoup des films, pour plaire à une plus large audience.

      Aimé par 1 personne

      1. Ah voilà ! Ils nous simplifient bien la vie hein ! J’ai déjà des problèmes quand un personnage de film retourne sa veste et change de camp, alors un personnage qui change son NOM pour qu’un autre personnage puisse prendre le sien, j’ai un peu des palpitations là, je t’avoue haha
        Je vais y penser alors ! J’ai un peu peur de tout mélanger du coup, mais ça m’intrigue quand même ;)

        J'aime

        1. Le meilleur moyen de ne pas trop s’y perdre est de se fixer sur une série assez récente, l’éditeur français (Panini Comics) résume assez bien en début de tome l’histoire des personnages. Après dès lors qu’on remonte dans le temps… On découvre un univers vieux de 60 ans !

          Aimé par 1 personne

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s