Captain America : Civil War, la fougue des héros

Le Marvel Cinematic Universe continue de s’étendre avec l’arrivée du très attendu Captain America : Civil War. Troisième volet des aventures du Capitaine Rogers, ce film reproduit plus ou moins (surtout moins) fidèlement l’arc (une intrigue développée en plusieurs volumes) narratif Civil War de Marvel Comics.

Civil War est un arc narratif central dans l’univers de Marvel. Le géant des comics a en effet publié entre 2006 et 2007 une série d’histoires où s’entrecroisent et se déchirent des super héros qui pendant des années s’entraidaient afin de faire face à divers menaces.

Je t’aime moi non plus

Auparavant sauveurs de la Terre, les héros de cet univers créé par Marvel il y a plus d’un demi-siècle, deviennent les ennemis d’un peuple qui n’en peut plus de voir ceux-ci agir en dehors de tout contrôle, frôlant souvent les limites du crime et devenant parfois responsables d’incidents extrêmement graves. Si pendant longtemps leur existence a été tolérée car ils étaient les seuls à pouvoir faire face à des super vilains toujours plus puissants, les gouvernements du monde entier sous l’impulsion des Etats-Unis vont décider, à la suite d’un incident provoquant l’explosion d’une école, de créer une loi de recensement obligeant les super héros à déclarer leur état civil auprès des autorités et à agir sous contrôle et direction de celles-ci. Si certains héros vont se laisser convaincre en voyant la gronde du peuple qui souhaite voir leur tête sur un piquet, d’autres vont choisir de s’y opposer et de devenir des renégats, de peur de perdre leur libre arbitre et de mettre en danger leurs proches au cas où leur identité réelle serait dévoilée. Les affrontements virent à la guerre civile, une partie du peuple exprime violemment son ras le bol vis-à-vis du comportement de certains héros, et ces derniers, par centaines, se mettent joyeusement sur la tête.
Cette opposition entre les pro et anti loi de recensement a provoqué d’importants changement dans l’univers Marvel, notamment dans les relations qu’entretiennent les héros et le contrôle de leurs actions.

Mais ça, c’est dans les comics. Le film qui n’a que deux heures et demi pour reprendre cette histoire a proposé une version simplifiée, avec un casting bien plus limité. On passe en effet d’une centaine de héros à une dizaine, et un peuple quasi absent des débats.

Captain-America-Civil-War-nouvel-affrontement-en-vidéo

Un conflit confidentiel, loin du peuple

Ici, les frères Anthony et Joe Russo (qui avaient réalisé Captain America 2 : Le Soldat de l’Hiver) ont choisi, ou tout du moins fait avec les contraintes imposées, de limiter ce conflit à un petit groupe de super héros et d’occulter quasiment entièrement le peuple. En effet le peuple est le plus souvent absent des débats, alors qu’il est la première victime des différents incidents présentés dans les précédents films (bataille de New York, Washington, Sokovie…) et il ne se manifeste finalement qu’une fois : lorsqu’une femme vient alpaguer Tony Stark (Iron Man, incarné par l’excellent Robert Downey Jr.) en lui montrant la photo de son fils décédé en Sokovie (événements d’Avengers : l’ère d’Ultron). Une scène forte d’intérêt puisqu’en plus de sortir droit des comics, elle représente le point où Tony Stark décide de se ranger du côté du gouvernement et d’accepter de se faire recenser.

Iron Man devient ainsi la mascotte des « accords de Sokovie » qui visent à recenser tous les super héros, sans quoi ils seraient poursuivis et arrêtés par leurs copains d’hier. Bien sûr, Captain America (toujours campé par un Chris Evans au top de sa forme), figure de liberté et de loyauté, va préférer s’opposer à ces accords de peur que les héros soient contraints d’agir pour des Etats peu soucieux des intérêts du peuple. Cette opposition se matérialise dans sa volonté d’arrêter pacifiquement, ou de raisonner, son ami Bucky (Soldat de l’hiver, incarné par un Sebastian Stan toujours aussi peu expressif) qu’on soupçonne fortement d’avoir commis un attentat. Ce qui aurait du être une opposition de deux grandes figures devient finalement une tentative de sauvetage (ou d’arrestation) d’un homme tantôt vilain, tantôt héros, mais meilleur pote de Captain America.

Dans cette guéguerre entre super héros où on oublie souvent pourquoi on se bat (la loi de recensement), Iron Man et Captain America vont tour à tour tenter de rallier d’autres héros à leur cause jusqu’à constituer deux équipes plus ou moins équivalentes en nombre, avec la volonté d’aller « raisonner » les autres.

All you need is love…

Alors malgré tout le film ne m’a pas déçu : si le film ne respecte pas à la lettre les comics et que le conflit n’a rien de l’envergure de celui qui est dépeint sur papier,  cette version de l’histoire de Civil War est plutôt satisfaisante.
Le conflit autour de Bucky est plutôt bien justifié, si Captain America agit par loyauté, les choix des autres héros sont plus terre à terre et chacun croit à sa cause et ses arguments. Ainsi au cours du film il est difficile de dire qui a tort, puisqu’on s’éprend facilement de sympathie pour les deux camps et finalement on n’espère uniquement qu’ils se réconcilient dans la joie et la bonne humeur avec l’hymne et le drapeau américain en fond. Bon, sans spoiler, à la fin il n’y a pas de drapeau, ni d’hymne, pour le reste c’est à vous de voir.

Je regrette quand même qu’ils n’aient pas plus creusé les conséquences des actions des super héros, le ressenti du peuple, mais aussi l’impact que tous ces incidents et ces morts ont sur les héros eux-mêmes. Beaucoup de choses intéressantes qui passent à la trappe afin de ne pas empiéter sur le rythme relativement intense du film : si on a droit à quelques scènes plutôt sympas avec une Wanda Maximoff (Sorcière rouge, par la belle Elizabeth Olsen) qui pour le coup est la seule héroïne qui se soucie des morts civiles qu’elle a provoquée, le reste du film est principalement composé de scènes d’action où les héros tentent de se raisonner de toutes les manières, sauf pacifiquement.

giphy
Quand c’est l’heure du dîner

La gloire de l’action

Mais ce n’est pas un défaut pour autant. Un film de Marvel Studios est avant tout un divertissement et je n’ai jamais voulu y trouver la moindre profondeur : je n’y recherche que cohérence et divertissement, et je l’ai trouvé. Ce film se permet de poser quelques questions intéressantes (responsabilité des héros notamment) et ça n’aurait pas de sens pour un film du genre d’aller plus loin. Avec si peu, les frères Russo ont fait bien plus intéressant que l’infâme Batman v Superman de Zack Snyder, qui de son côté pourtant nous filait deux heures de scènes soporifiques censées montrer que les héros ne sont pas si gentils que ça, mais qui au final nous servait un ensemble indigeste et sans profondeur, à la limite parfois du ridicule (Martha ?)

Ainsi Captain America : Civil War tire sa force de ses (nombreuses) scènes d’action qui au contraire du très moyen d’Avengers : l’ère d’Ultron ne perdent jamais en lisibilité et en cohérence. La scène de l’aéroport qui mélange l’action à l’humour grâce à Spider-Man et Ant-Man, et une référence à Hoth (Star Wars) bien sentie, est un exemple pour le genre dont beaucoup devraient s’inspirer.
L’autre force du film, c’est d’avoir été capable d’introduire de nouveaux personnages (Black Panther et Spider-Man) très rapidement et en leur donnant tout de suite une certaine substance. Ces deux personnages occupent chacun à leur manière une place importante dans le récit et j’ai hâte de voir leurs films respectifs.

Civil War est donc un très bon film de super héros, qui se place pour moi dans le haut du panier du Marvel Cinematic Universe. Sans verser dans la caricature du mal être des super héros (oui, je n’ai pas aimé Batman v Superman) il se permet de poser des questions intéressantes, tout en gardant en tête son cahier des charges : divertir et faire rire. j’ai passé deux heures et demi agréable et j’ai hâte de le revoir à sa sortie Blu-ray.

Publicités

4 réflexions sur “Captain America : Civil War, la fougue des héros

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s