Baywatch : Alerte à Malibu, quand Mitch se moque de Mitch

L’annonce d’un film Baywatch : Alerte à Malibu m’a forcément intéressé : si je n’ai jamais vraiment regardé la série, en dehors des quelques scènes bien connues, l’idée de voir Dwayne Johnson dans le rôle du nageur sauveteur me plaisait bien. Et force est de constater que le réalisateur Seth Gordon remplit plutôt bien le contrat en proposant un film plein d’auto-dérision.

A Emerald Bay en Floride, Mitch Buchannon (Dwayne Johnson), sauveteur adulé par la population après plus de 500 sauvetages,  cherche de nouvelles recrues pour intégrer son équipe nommée Baywatch. Aux termes d’une sélection très relevée, il décide d’en recruter trois et leur apprend le métier. Mais alors qu’une riche femme d’affaires (Priyanka Chopra) prend le contrôle des commerces de la baie, un trafic de drogue fait rage sur la plage. L’occasion pour Mitch et Baywatch de mener l’enquête et rétablir l’ordre pour accueillir les vacanciers dans les meilleures conditions.

BaywatchAlerteAMalibuCritique (2).jpg

1073

Mitch, incarné par Dwayne Johnson, est une véritable star. Le film nous montre un homme de valeurs, parfois prétentieux, mais toujours prêt à tout pour sauver son prochain. Avec sa garde rapprochée composée de Stephanie (Ilfenesh Hadera) et C. J. (Kelly Rohrbach), il s’occupe de la formation des trois recrues. Ronnie (Jon Bass), un geek un peu maladroit amoureux de la belle C. J., Summer Quinn (Alexandra Daddario), une jeune femme plutôt compétente et Matt Brody (Zac Efron), un ancien médaillé olympique qui pense n’avoir rien à prouver. Un véritable duo va d’ailleurs se former entre Mitch et Matt Brody, aux antipodes l’un de l’autre, ils vont pourtant devoir coopérer et le jeune insolent va devoir apprendre à travailler en équipe. Ce duo formé par Dwayne Johnson et Zac Efron fonctionne extrêmement bien, et il porte assez largement le film, puisque les deux acteurs semblent vraiment s’épanouir dans le genre de la comédie et sont très bons lorsqu’il s’agit d’auto-dérision. Matt Brody en prend pour son grade tout au long du film avec des surnoms lancés par Mitch, toujours bien sentis (Bieber, Jonas Brother, New Kid on the Block ou surtout High School Musical, pour les connaisseurs), et la dynamique s’installe tranquillement entre les deux.

Les répliques fusent et les punchlines s’enchaînent : Baywatch assume complètement l’idiotie de ses personnages, les faisant tomber toujours un peu plus loin dans la dérision. Et c’est probablement la plus grande réussite du film, puisqu’il évite un pseudo-drame, malgré les criminels et les morts qui alimentent le scénario. Rappelant les films d’action les plus improbables, Baywatch se moque de la série et de lui-même, et c’est pour le meilleur. Bien entendu, tout le monde ne sera pas réceptif à un tel humour, on peut d’ailleurs lui reprocher énormément de choses. Pourtant j’ai beaucoup aimé cette constante dérision, jusqu’à un final complètement improbable mais terriblement jouissif, où la fine équipe va démanteler un réseau complexe visant à privatiser la baie. Mais c’est pas ça le plus important, je pense que l’intérêt du film réside dans la dynamique installée entre les personnages, outre le duo principal, avec des personnages secondaires qui viennent offrir une dimension un peu « meta » au film. Avec par exemple le running gag des « gens qui courent au ralenti », puisque les personnages eux-mêmes vont se rendre compte que les sauveteurs courent toujours en slow-motion. Ou encore des références régulières à la série, ou des discussions absurdes sur le rôle des nageurs sauveteurs, entre plage et enquête policière.

Legend Has It

On lui reprochera évidemment son humour très beauf : le sexe est leur thème préféré, les zooms et remarques sur les décolletés sont nombreuses et dans l’ensemble la plupart des discussions entre les personnages porteront sur des sujets en dessous de la ceinture. Pour autant, sans être vraiment fan de ce genre d’humour (qui rappelle les American Pie ou les films de Seth Rogen), j’ai beaucoup ri tout au long du film. Je soupçonne la sympathie que j’éprouve pour les acteurs de m’avoir mis dans les meilleures conditions, mais malgré ses défauts -très attendus-, Seth Gordon m’a semblé bien maîtriser son film. Il a pu garder un certain recul sur les situations pour éviter de tomber dans le drame policier qui aurait été complètement ridicule, sans pour autant complètement moquer la série originale. C’est à la fois un bel hommage à Alerte à Malibu, avec humour, et avec un très bon casting.

Evidemment, Baywatch : Alerte à Malibu ne révolutionne rien et n’apporte strictement rien, mais il a le mérite de s’en sortir avec une auto-dérision et un casting très sympathique. Tout le monde s’amuse des situations et de l’absurdité d’une telle équipe de nageurs sauveurs du monde, et cela m’a permis de passer deux heures sans m’ennuyer.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s