Coexister, du sarcasme pour vivre ensemble

Coexister est un film réalisé par Fabrice Éboué. Comédie à l’humour pinçant, le film a l’idée de réunir des personnes des trois religions monothéistes autour d’un projet musical. Sarcasme et ironie apparaissent comme les meilleures armes pour se moquer des différences.

Nicolas Lejeune (Fabrice Éboué) est un producteur de musique dont la carrière est au point mort après plusieurs échecs. Sous la pression de la présidente du groupe dont son label fait partie qui le met au défi de remplir l’Olympia avec un nouveau projet, il part en quête d’artistes talentueux avec son assistante Sabrina (Audrey Lamy). C’est alors que lui vient une révélation : créer un groupe avec un rabbin, un imam et un curé. Cela le mènera à la rencontre de Moncef (Ramzy Bédia), un chanteur algérien raté, Samuel (Jonathan Cohen), un rabbin sur le déclin après une catastrophe et Benoit (Guillaume de Tonquédec), un curé qui a besoin de financements pour son église.

Processed with VSCO with a9 preset

Un contrat pour la vie

Le film rappelle évidemment le groupe des Prêtres qui a connu un petit succès il y a quelques années en France. Fabrice Éboué ne se cache d’ailleurs pas de cette inspiration, et s’en est servi comme base à un film qui traite plus largement des questions qui agitent certaines sphères françaises depuis bien longtemps. La question des religions est centrale au film mais c’est avant tout une comédie qui s’amuse des pseudo-différences entre celles-ci, rapprochant sans cesse les protagonistes autour d’idées propres aux religions monothéistes dans leur globalité. Coexister n’épargne évidemment aucun sujet d’actualité et chacun des trois personnages sera mis face à des clichés qui tournent en boucle sur leurs religions, les alimentant eux-mêmes et apprenant à en rire : et c’est bien là l’essentiel. Souvent irrévérencieux, Coexister va assez loin dans certaines blagues afin de briser des tabous et réaliser que l’on peut rire de tout, pour peu que l’on ai les bons interlocuteurs, et qu’il y a des choses bien plus graves dans la vie que des croyances différentes. Ainsi Fabrice Éboué a eu le bon goût en réalisant son film de ne pas tomber dans la diatribe foncièrement anti-religion : s’il s’en moque assurément, le film a une bienveillance évidente qui nous ramène sans cesse à la première idée, celle de s’accepter les uns les autres tels qu’ils sont.

Evidemment politique compte tenu des pseudo-débats qui ont pu exciter la politique en France pendant la présidentielle, le film célèbre la diversité et cette notion de « vivre ensemble » qui fait bien souvent défaut à quelques personnes. Au-delà des croyances des protagonistes, c’est aussi leurs cultures bien différentes et leurs manières d’être qui provoquent des situations souvent très drôles, entre leur racisme latent et inconscient et leur intolérance originelle fondée sur des préjugés, qui se révèlent lors des moments de colère. Parce que Coexister insiste sur ce point, sur la manière dont chacun a été façonné par son environnement et par la société, soumis à des idées (qui, même s’il pense ne pas y adhérer) qui resurgissent face à l’adversité. Alors pour traiter de ces sujets assez difficiles, le réalisateur fait parler son humour plein de sarcasme, son ironie habituelle pour tourner au ridicule des guéguerres de religions qui ne font qu’empiéter sur les intentions humaines et leurs qualités. Car les trois protagonistes sont véritablement de bonnes personnes : leurs colères et affrontements, la manière dont ils s’en prennent chacun à la religion des autres est toujours un excellent prétexte à la déconnade. A tel point qu’ils feront preuve d’autodérision, prêts à sortir les pires horreurs sur leurs croyances car ils prennent conscience que la vanne n’a pas de limite.

Savoir aimer

Souvent ces films mêlant comédie et religion marchent sur des œufs : il faut éviter de troubler certains, d’en vexer d’autres. Mais Coexister parvient à retomber sur ses pieds et ne dérive jamais vers la comédie grotesque : le film est drôle, vraiment très drôle, et ne perd jamais de vue ses intentions. D’autant plus qu’il ne s’appuie pas exclusivement sur la religion pour faire rire, on peut noter sa parodie de la chanson et du clip Savoir Aimer de Florent Pagny absolument savoureuse, ou sa manière d’aborder de manière plus générale des faits de société, l’influence des actionnaires sur un label de musique… Coexister est un film véritablement savoureux qui parvient à s’inscrire dans son époque.

Si vous aimez le sarcasme et l’humour pince sans rire, Coexister est un excellent choix : sous ses airs de comédie assez classique, le film va loin et ne se limite à aucun instant dans ses vannes. Les religions sont évidemment les premières visées, mais il n’en reste pas moins bienveillant et une ode à l’acceptation des autres. Les trois personnages sont terriblement attachants, et on prend plaisir à vivre cette aventure hors du commun en leur compagnie.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s