Mon Inconnue, une sucrerie pleine de fantaisie

Le réalisateur Hugo Gélin s’illustrait en 2016 avec Demain tout commence, une comédie dramatique pleine de tendresse. Trois ans après, il nous revient avec Mon Inconnue, où il met en scène François Civil et Joséphine Japy dans une comédie romantique aux faux-airs de récit fantastique.

Raphaël (François Civil) a tout réussi. Auteur à succès marié à Olivia (Joséphine Japy), il ne connaît que la gloire après une adolescence teintée de timidité. Mais quand une dispute provoque une cassure dans le couple, c’est toute sa vie qui est remise en cause alors qu’il se retrouve dans un monde où il n’a jamais rencontré la femme de sa vie.

Mon_Inconnue_Critique (2).jpg

Fantaisie impromptu

Mon Inconnue est une vraie surprise dès son ouverture, avec un plan sur une Cathédrale Notre-Dame enneigée, des ponts détruits et une ville de Paris abandonnée. On se retrouve dans une ambiance presque post-apocalyptique avec un homme coursé par des criminels tout droit sortis de Mad Max, avant que le film nous ramène dans le présent et nous fait comprendre que ce passgae n’était que le fruit de l’esprit du héros, encore sur les bancs de l’école, en train d’écrire un roman de science-fiction plutôt que d’écouter son professeur. Son imagination n’a d’égal que sa timidité, refusant de dévoiler son histoire tant qu’elle ne sera pas « parfaite », une idée reprise par la jeune fille qui joue du piano et qu’il va rencontrer par hasard alors qu’elle joue dans son coin, de peur d’être entendue par d’autres. C’est le coup de foudre et les années passent : le couple atteint l’âge adulte, la gloire pour l’un avec ses romans, les succès au piano pour l’autre. Mais le couple va subir une cassure, et c’est là que Mon Inconnue prend un chemin véritablement surprenant en partant dans un récit fantastique qui met en jeu un monde parallèle. Le héros se réveille dans un monde où il n’a jamais écrit de roman, et où l’amour de sa vie est devenue une pianiste star, mais les deux ne se sont jamais rencontrés. Le réalisateur Hugo Gélin s’amuse alors des codes de la comédie romantique avec un héros qui va tout faire pour séduire celle qu’il aime, avant plus tard de les remettre en cause d’une manière plutôt subtile comme on le verra plus bas. Cette « reconquête » est avant tout l’excuse à une comédie bourrée de tendresse où l’alchimie entre François Civil et Joséphine Japy nous séduit sans mal, la beauté du couple qu’ils forment à l’écran nous met dans le même état que Camille Lellouche dans une scène où, abandonnée par le héros, dévastée, elle ne peut qu’admirer à quel point les deux vont bien ensemble.

C’est d’ailleurs un point important du film, qui s’il parvient à former un couple séduisant comme toute bonne comédie romantique, il offre aussi des seconds rôles qui apportent beaucoup de rires. A commencer par Félix, l’ami d’enfance du héros, un homme sensible et fidèle à son pote, même lorsqu’il apprend incrédule que celui-ci vient d’un monde parallèle. Incarné par Benjamin Lavernhe, génial pensionnaire de la Comédie-Française, il apporte ces notes humoristiques habituelles du genre, mais avec une tendresse particulière qui s’accorde bien avec un film qui repose pour l’essentiel sur l’attachement que l’on ressent vite pour ses protagonistes. Les personnages sont attendrissants, chacun avec leurs petits problèmes, et l’histoire d’amour ne s’en retrouve que sublimée. D’autant plus que le réalisateur Hugo Gélin dépasse les codes du genre en offrant une vraie leçon de modestie à son héros. Anciennement couvert de gloire, devenu un véritable « connard » comme on va le lui dire, il se satisfait de cette popularité et richesse soudaine au détriment de ceux qui l’entourent. Souvent égoïste, il se voit infliger une leçon de modestie à la fois par son ami d’enfance, mais également par un univers qui le transporte dans un monde parallèle où il n’est plus une star, mais un professeur qui galère dans son petit appartement entre deux week-end de compétitions de ping-pong.

Le temps de l’amour

Mais également une leçon vis-à-vis des standards du genre : la « femme objet » comme la comédie romantique a coutume de présenter, devient plus qu’un simple « objectif à atteindre » pour le héros. Ce passage dans un monde parallèle où il n’a plus rien vise avant tout à lui faire réaliser qu’elle est plus qu’un trophée, mais toute sa vie. Sans dévoiler toute l’intrigue, on s’aperçoit au fil des minutes que ce monde parallèle existe pour une bonne raison, et qu’elle a un lien avec la manière dont le héros traite sa bien aimée. C’est une nouvelle surprise qui s’offre au spectateur après une première heure où Hugo Gélin nous livrait une comédie romantique séduisante, mais très classique. Et le résultat final est de toute beauté : à l’image de la musique qu’il utilise, divers compositions classiques comme le formidable Ständchen de Schubert que l’héroïne joue régulièrement au piano ou des chansons plus « pop » que l’on entend ici et là, Mon Inconnue est un film très maîtrisé où l’image et la musique s’accordent pour offrir un bel exemple de comédie romantique capable de s’appuyer sur un héritage conséquent, mais souvent dépassé, en s’amusant des codes souvent sexistes du genre pour proposer un peu plus. On retrouve d’ailleurs dans Mon Inconnue cette même légèreté et fluidité qui nous séduisant dans le plus dramatique Demain tout commence, une sorte d’innocence ou de naïveté qui fait beaucoup de bien.

Tendre comme une sucrerie, Mon Inconnue se laisse dévorer avec un plaisir qui n’a d’égal que la joie innocente qu’il provoque. François Civil et Joséphine Japy forment un couple séduisant dans un récit fantastique où les codes de la comédie romantique sont baladés avec finesse. Un plaisir à regarder, mais également à en parler tant ce film m’a transporté dans tout ce que j’aime en matière de comédie romantique. Comme à l’époque avec Demain tout commence, j’ai très hâte de voir ce que Hugo Gélin proposera pour son prochain film.

Publicités

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.