Nous les chiens, comme un vent de liberté

La réouverture des salles est difficile : les hollywoodiens rechignent à sortir leurs films initialement prévus pour l’été tandis que les autres gardent un œil sur la situation en attendant de se décider. Mais cela a le mérite de permettre à certains de s’extirper de la masse et de proposer une expérience nouvelle, à l’image de ce film d’animation coréen, Nous les chiens, réalisé par Oh Sung-yoon et Lee Choon-baek.

Abandonné au bas de la montagne, un chien découvre quelques congénères qui se sont réunis en meute après avoir souffert du même abandon. Seul face au monde, il découvre peu à peu la liberté.

Nous les chiens_critique_la tentation culturelle (2)
© Nous les chiens, 2020, The Jokers

La rancune des autres

On sait bien que les chiens ont toujours une place particulière au cinéma : un peu comme les chats sur internet, ils suscitent l’engouement et l’attachement. Alors voir notre héros du jour être abandonné en bord d’une route dès les premières minutes du film est suffisant pour vite ressentir une certaine empathie pour lui. Encore plus lorsqu’il découvre, peu à peu, ceux qui vont l’accompagner au cours de son voyage : des chiens cabossés, abandonnés depuis longtemps, qui ont bien du mal à comprendre pourquoi ils sont traités ainsi. Sur fond de film familial à l’humour variable, Nous les chiens raconte surtout la maltraitance animale qui découle d’une cruauté humaine, où les chiens ne deviennent que des biens de consommation qui sont jetés dès que leurs « maîtres » n’en ont plus envie. Dénonciateur, le film raconte ce chiot devenu adulte, adopté car il était si mignon sans prendre conscience qu’un jour il deviendrait bien plus grand. Une inconséquence relativement fréquente de la part des personnes qui adoptent des animaux dont les réalisateurs s’inspirent.

Alors cette escapade entre une petite ville et la nature paraît presque comme un récit initiatique pour le chien, qui doit apprendre en très peu de temps à se débrouiller, à chasser et à survivre, poursuivi par un chasseur aux pratiques douteuses. Revenu à l’état naturel, le chien se met en quête de bonheur et de liberté, cherchant la simplicité d’une vie qui ne correspond pas à celle qu’il a connu plus tôt. Le film offre une vraie bouffée d’air frais avec un ton certes grave, mais toujours très doux. L’animation est sympathique, le film a un cachet visuel et une forte identité, tandis qu’il vise juste sur quelques scènes empreintes d’émotion la bande de chiens se retrouve confrontée à ses plus grandes peurs. D’autant plus qu’on n’a aucun mal à nous attacher à cette petite bande, avec des personnalités très différentes qui permettent d’aborder plusieurs facettes de leur quête : certains n’imaginent pas la vie sans leur humain, d’autres se servent de leur rancune pour rêver d’un autre monde.

Nous les chiens_critique_la tentation culturelle (3)
© Nous les chiens, 2020, The Jokers

La théorie de la liberté

Mais tout n’est pas rose au pays des chiens. Pas toujours passionnant, le film peine parfois à combler quelques longueurs qui s’immiscent au milieu d’une poignée de scènes très réussies, à tel point que l’on n’aurait pas été contre quelques coupes au montage. Certaines scènes tirent en longueur et le film a tendance à se répéter, à réitérer les mêmes idées sans que cela soit vraiment nécessaire. Dommage enfin que tous les cinémas ne puissent pas proposer de version originale : si je comprends bien qu’un tel film d’animation cherche à attirer un public familial, Nous les chiens a la chance de disposer d’un casting coréen plutôt réputé, notamment avec Park So-dam (dont tout le monde -moi le premier- louait la performance dans Parasite).

La dernière scène de Nous les chiens est pourtant sublime, une scène où un symbole d’asservissement devient le terrain d’expression d’une nouvelle liberté. Une réussite qui ne cache pas tous les défauts du film, un peu longuet, bien qu’il est difficile de ne pas s’attacher à cette bande de chiens qui rêvent de liberté après avoir vu leur monde s’effondrer. Un bon film d’animation, sans plus.

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.