Article mis en avant

Kingdom – Saison 2, patrie ou survie

Kingdom surprenait l’année dernière. J’en parlais peu après sa sortie, la série coréenne concoctée par l’excellent Kim Sung-hoon (à qui l’on doit les non moins bons Tunnel et Hard Day) s’affranchissait de bon nombres de codes des « zombies » pour nous plonger dans une Corée du 19ème siècle en proie à une épidémie qui ranime les morts. Les zombies d’antan étaient terrifiants, mais le réalisateur les mêlait à une vaste intrigue politique et quelques éléments de burlesque dans des combats savamment chorégraphiés.  Un mélange des genres très réussi, à tel point que la plateforme américaine nous livre cette année une deuxième saison, un fait relativement rare pour les productions coréennes qui s’en tiennent le plus souvent à des saisons uniques.

Continuer de lire « Kingdom – Saison 2, patrie ou survie »

Article mis en avant

#Jesuislà, l’amour aux yeux des autres

#Jesuislà est le nouveau film d’Eric Lartigau, une comédie romantique pour le réalisateur qui a notamment trouvé le succès il y a quelques années avec La Famille Bélier. Récit d’un homme du Pays basque épris d’une femme vivant en Corée du Sud, le film porte un regard intéressant sur les réseaux sociaux et la question des hommes occidentaux qui imaginent trouver l’amour de l’autre côté de la planète.

Continuer de lire « #Jesuislà, l’amour aux yeux des autres »

Le Gangster, le Flic et l’Assassin, la violence jouissive d’un pur polar coréen

Le cinéma coréen a connu un tournant en France ces derniers mois : fort de sa Palme d’Or, une première pour une production du pays du matin calme, Parasite a agité la critique et séduit les spectateurs, faisant de lui le plus grand succès commercial pour un film coréen en France. Et c’est sur cette dynamique que tente de s’appuyer Le Gangster, le Flic et l’Assassin, dans un tout autre genre, pour conquérir les salles françaises.

Continuer de lire « Le Gangster, le Flic et l’Assassin, la violence jouissive d’un pur polar coréen »

The Spy Gone North, amitiés et jeux d’espions

A une époque où un timide rapprochement entre les deux Corée fait l’actualité, le réalisateur Yoon Jong Bin, à qui l’on doit le très sympathique Nameless Gangster, raconte dans The Spy Gone North la légende d’un espion sud-coréen, nom de code « Vénus noire« , qui est parvenu à la fin des années 1990 à s’infiltrer en Corée du Nord et à rencontrer le dictateur de l’époque, Kim Jong Il.

Continuer de lire « The Spy Gone North, amitiés et jeux d’espions »