Destruction Finale (Ashfall), catastrophe sur la péninsule

Qui pourrait bien dire non à un film catastrophe ? Pas moi en tout cas. Ces histoires où tout semble perdu donnent souvent lieu à des séquences qui mélangent autant l’héroïsme à l’absurde, avec ses personnages lambdas qui survivent à l’impossible. C’est la proposition de Kim Byung-seo et Lee Hae-jun, un duo de réalisateurs coréens qui se sont payés un casting hors du commun pour raconter dans Destruction Finale (ou Ashfall) une catastrophe sans pareil. Succès retentissant l’hiver dernier dans les salles coréennes, le film a débarqué chez nous directement en DVD et Blu-ray le 15 septembre.

A quelques jours de la dénucléarisation de la Corée du Nord, le volcan du Mont Baekdu situé à la frontière avec Chine se réveille et entre dans une terrible éruption, provoquant un énorme tremblement de terre. Dévastée, la Corée du Sud apprend par l’un de ses scientifiques (joué par Ma Dong-seok) qu’il y aura de nouveaux tremblements de terre dans les heures à venir. Ils envoient ainsi des agents en Corée du Nord pour tenter un dernier coup désespéré : voler une tête nucléaire et la faire exploser sous le volcan pour l’éteindre.

© 2020 Metropolitan Filmexport

Une situation apocalyptique

Aussi invraisemblable que passionnant, le point de départ de Destruction Finale est le même que bon nombre de films catastrophe. En se cantonnant à la production coréenne, on peut se souvenir de The Last Day avec qui il a quelques similitudes : s’il est question ici d’une éruption volcanique plutôt que d’un tsunami, les conséquences du tremblement de terre sont dans les deux cas annoncées par un scientifique. Un homme que les autorités ne prennent au sérieux que lorsqu’il est trop tard pour agir, une bonne excuse pour lancer une mission suicide chapeautée par des autorités qui tentent d’agir dans la discrétion pour ne pas froisser leurs homologues américains et chinois. L’intrigue est dense et généreuse, les antagonistes sont nombreux et chacun a de bonnes raisons d’y mettre son grain de sel. Les réalisateurs du film montrent même leurs héros isolés et maladroits, faisant même régulièrement un peu d’humour pour désamorcer le caractère dramatique d’une situation qui est en réalité plutôt absurde. C’est un bon moyen de rappeler que les personnages ne sont pas infaillibles, même lorsque l’on compte sur eux pour mener à bien une mission aussi improbable. Alors un mélange des genres s’opère, le film catastrophe pur jus avec son lot de situations apocalyptiques et d’héroïsme laisse parfois place à une sorte de buddy movie, où les touches d’humour apportent un vrai plus à la caractérisation de ses personnages. Mais cela sert aussi cette volonté d’avoir un « spectacle total », empruntant à tous les genres du film d’action pour une intrigue qui veut divertir avant tout. On a des effets spéciaux plus ou moins réussis, une histoire familiale, une amitié naissante, de l’honneur et de la bravoure : tous les ingrédients d’un blockbuster.

Et cette volonté de proposer du grand spectacle est accentuée par les choix de casting. Avec Lee Byung-hun, qui a joué dans J’ai rencontré le diable ou A Bittersweet Life, et Ma Dong-seok qui vient de Dernier train pour Busan et bientôt dans un film Marvel, on tient là probablement deux des visages les plus importants du cinéma coréen populaire de ces dix dernières années. Pour compléter le tout, le film nous propose Ha Jung-woo (vu dans Mademoiselle et Tunnel) ainsi que Bae Suzy, dont je disais beaucoup de bien dans ma critique de la série Vagabond pour Ciné-Asie. Tout ce beau monde est pas loin de former une sorte de « casting idéal » du blockbuster moderne en Corée du Sud, avec des têtes d’affiche extrêmement populaires. C’est ce qui rend même le film encore plus intéressant puisque ces quatre fortes personnalités parviennent à faire vivre des rôles qui pourraient sembler trop convenus dans la peau d’acteurs et d’actrices moins connu(e)s. On sent leur plaisir à tourner dans une telle production et s’affranchir de toute limite, profitant d’une intrigue qui va toujours un peu plus loin comme si tout cela n’était qu’un jeu.

© 2020 Metropolitan Filmexport

Une course contre-la-montre

Le film n’est toutefois pas qu’une histoire de densité et de surabondance d’action : c’est aussi un film qui montre une certaine maîtrise de son rythme en veillant toujours à garder en vue la course contre-la-montre initiée dans la première partie. Évidemment on n’évite pas quelques situations clichés que l’on a déjà vu des dizaines de fois ailleurs, mais le film fonctionne et on se laisse happer par son rythme effréné. Et ce malgré une image qui manque parfois de contraste, l’ensemble restant plutôt terne. Cela a le mérite d’appuyer l’idée de désolation qui s’abat en quelques minutes sur la péninsule coréenne qui est vouée à disparaître face à une telle catastrophe, mais j’aurais aimé que la photographie ose plus de choses. Il y a une véritable dissonance entre la photographie presque monochromatique et la densité de l’histoire qui réinvente de nouvelles situations régulièrement pour mettre ses personnages à l’épreuve. Même si sur sa fin, le film tente de revoir sa copie avec des couleurs plus chaudes qui évoquent la fournaise qui entoure le fameux volcan.

Film catastrophe aux tendances apocalyptiques, Destruction Finale tient toutes ses promesses et nous charme sans mal avec son casting cinq étoiles. L’intrigue, dense, équilibre très bien ses doses d’humour avec le drame vécu par ses personnages, de quoi renouveler sans arrêt les situations pour alimenter une course contre-la-montre désespérée. Le duo de réalisateur a très bien saisi ce qui fait tout le sel d’un film catastrophe et on n’en demandait pas plus.

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.